[DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par Jeronimo » 21 Oct 2012, 11:24

Ayant enfin un peu de temps, je vais faire les choses dans les règles de l'art pour me présenter. Hors donc, je me prénomme Jérôme, alias Jeronimo, camarade de table de jeu de longue date de Shiryu, avec lequel nous avons pu tester un nombre de jeux traditionnels divers et variés conséquent. Jusqu'au jour où je lui ai proposé une partie de Wushu dans l'univers de Conan, et où j'ai commencé à lui parler (euphémisme, plutôt le saoûler en fait !) de théorie GNS, de "system does matter" et d'une panoplie de jeux au concept innovant et intriguant qu'il fallait absolument que l'on teste, à commencer par Dogs in the Vineyard (DitV). Après une partie pas forcément "canon" de DitV dans l'univers de Star Wars et une initiation dans une adaptation de la série "La Commanderie" maîtrisées par mes soins, je pense que Shiryu a aperçu le potentiel de ce jeu incroyable qu'est DitV, et il n'a pas fallu attendre longtemps avant qu'il se lance dans ses propres adaptations dont celle sur L5A, dont je vais présenter ici le compte-rendu de notre dernière partie.

Mais avant, laissez moi vous présenter mon personnage dans l'état qu'il était avant cette partie:

MASAMUNE (MATSU HITOSHI)

Moine du Temple de Bishamon

Ancien bushi Matsu ayant servi pendant la Guerre des Clans. Ecoeuré de la lutte fratricide entre Matsu qui s'est déroulée à cette époque, il a décidé que sa force pouvait servir une autre cause plus noble, et s'est retiré du bushido pour devenir moine au temple de Bishamon.

Portrait

Anneaux:
Air: 3
Eau: 4
Terre: 4
Feu: 5

Traits:
Les lions, contrairement aux hommes, ne tuent que pour survivre 1d10
Ma force ne servira désormais que Bishamon et pour aider les faibles 3d10
La posture et le rugissement du lion 1d6
Poings d'acier 1d6
Vétérant Matsu de la Guerre des Clans 3d4
Je ne sais pas maîtriser ma force 2d4
J'ai sauvé la vie de plusieurs heimin qui ne le méritaient peut être pas 2d6
Il faut savoir fermer les yeux sur un crime pour en éviter plusieurs autres 1d4

Relations:
Matsu Teriu (senseï) 1d8
Peur (trompe la mort) 1d8
Regrets (guerre fratricide entre Matsu) 1d8
Temple de Bishamon 1d6

Possessions:
Kimono en chanvre 1d4
Chapeau de paille 1d6
Chapelet 1d6
Statuette de jade 2d6
Parchemin du récit d'une bataille de la Guerre des Clans 1d6

La cité des champs de soie

Après quelques heures de marche depuis Shiro Matsu, Masamune arrive en début d'après midi devant la cité des champs de soie. Tout le long de la route se trouvent des buissons à perte de vue où les vers à soie se développent paisiblement sous l'oeil attentionné de quelques heimins rompus à la tâche. Masamune pousse jusqu'au dojo du Coquelicot où il sait pouvoir retrouver son ancien senseï, Matsu Teriu, son mentor à l'époque où Masamune s'appelait encore Matsu Hitoshi et portait encore un katana...

Le dojo sous un extérieur richement décoré, reste très modeste une fois à l'intérieur. Là Masamune découvre son ancien maître en train d'entraîner 10 bushi, envoyés ici pour devenir l'élite et s'illustrer sur le champ de bataille pour galvaniser les troupes Matsu en portant les couleurs du Coquelicot. Masamune s'assoit à côté d'une jeune fille à peine âgée de 14 ans, qui observe en silence les combattants.

Une fois l'entraînement terminé, les bushi quittent le dojo, tandis que la jeune fille repart avec l'un d'eux. Masamune s'en va alors saluer son ancien maître et échange avec lui quelques amabilités, lui assurant que son enseignement lui est toujours utile, même s'il a abandonné son rôle de samourai et déposé son katana. C'est alors que 4 des 10 bushi récompensés pour s'être illustrés lors de leur formation avec Matsu Teriu, font irruption dans le dojo masqués par un mempo et dans un élan commun et dans un cri assourdissant chargent mon ancien maître pour le terrasser.

Conflit avec pour enjeu: sauver la vie de Matsu Teriu.
Le début du conflit est difficile pour Masamune, débordé par les 4 assaillants malgré le soutien de son ancien maître. N'ayant pas pour volonté de blesser ou de tuer les 4 bushi, Masamune essaie de ramener les agresseurs à la raison. Après quelques échanges de coups, Matsu Teriu fini par être blessé au bras ratant une de ses parades (répercussion 3d10). Un des bushi, voyant peut être déjà la victoire à portée, dénigre Masamune en lui disant qu'il n'est rien, qu'il ne représente rien à ses yeux, qu'un simple désagrément entre lui et son objectif. Masamune puise alors dans la force que lui confère Bishamon et le conflit vire alors à son avantage. Masamune donne une dernière opportunité aux bushi d'abandonner leur projet mortel, mais devant leur refus, il se débarrasse des assaillants à renforts de coups de pieds et de poings, pensant éviter ainsi de les blesser mortellement (victoire du conflit, répercussions pour les bushi: 9d8). Résultat des répercussions: Masamune prend une répercussion à long terme (son trait "il faut savoir fermer les yeux sur un crime pour en éviter plusieurs autres" passe de 1d6 à 1d4), et les bushi sont blessés mortellement (16 en additionnant les 2 d8 les plus élevés). Devant la difficulté (et le risque) de soigner les bushi (conflit contre une difficulté de 9d8+xd10 (selon niveau de corruption de la cité)), Masamune ne peut que constater son impuissance et leur mort au bout de quelques minutes...

Après avoir soigné son ancien maître, Masamune demande à quelques heimin de l'aider à transporter les corps des bushi. Masamune se rend chez un des autres bushi distingué et honoré par Matsu Teriu, et arrive devant une maison très modeste. C'est la fille qu'il a rencontrée au dojo qui vient lui ouvrir, Matsu Rika, lui indiquant que son frère, le bushi Matsu Norihide est occupé. Devant mon insistance, celui-ci, bien présent, vient à ma rencontre. Son haleine empeste l'alcool et il est peu disposé à discuter et semble n'être pas très lié avec les 4 bushi qui viennent de périr. Masamune apprend que les 5 autres bushi distingués par Matsu Teriu sont partis faire des manoeuvres avec une partie de la garnison. Masamune décide donc de laisser Norihide à ses occupations alcooliques, et décide de se rendre au temple du Cycle des 12 ans. Ne s'étant éloigné que de quelques pas, Rika rattrape Masamune et le remercie d'être venu, que ses prières n'ont pas été vaines, et qu'elle est sûre qu'il pourra aider son frère à redevenir comme avant...Masamune lui promet de revenir voir son frère, après avoir organisé les funérailles des 4 bushi.

Arrivé au temple du Cycle des 12 ans, Masamune est accueilli par Kitsu Iemitsu, shugenja et dirigeant du temple, consacré au dialogue avec les Ancêtres. Iemitsu donne son accord pour prendre en charge les corps des bushi jusqu'à leurs funérailles et profite de la présence d'un moine pour lui exposer ses inquiétudes. Les ancêtres semblent être très distants ces derniers temps, et Iemitsu craint que cela ne soit dû à la présence de certaines personnes dans la cité et à des actions déshonorables. Masamune assure le shugenja qu'il restera vigilant à ce sujet, et qu'il préférerait éviter que la situation ne dégénère plus qu'actuellement...d'ailleurs il lui semble important d'aller prévenir le daimyo pour qu'il puisse prendre des dispositions adaptées, comme envoyer des gardes pour protéger Matsu Teriu par exemple...

Masamune est reçu assez rapidement par le daimyo Matsu Bokin, après l'avoir laissé patienter quelques instants dans une pièce attenante qui lui a permis d'admirer la richesse des décorations du château. Bokin est intransigeant sur l'acte des 4 bushi, et semble disposé à prendre des dispositions pour que cela ne se reproduise pas, même si Masamune a peur que la manière d'agir du daimyo puisse être assez extrêmiste...

Quittant le château, Masamune décide d'aller s'enquérir de l'état de santé de son ancien maître et de prendre son avis sur Matsu Norihide, avant d'aller le revoir pour essayer de le convaincre d'abandonner la bouteille...

Masamune retrouve Matsu Teriu, son bras blessé a été bandé, et il a l'air apaisé. Masamune s'enquiert de son état et lui demande son avis à propos du bushi Norihide. Le sensei reconnaît que ce bushi a un fort potentiel, mais exprime quelques regrets au sujet de son choix de l'avoir distingué. En effet, Norihide et sa soeur sont deux enfants qui ont été confiés à la famille Matsu lorsque la famille Akodo a été déchue après la Guerre des Clans. D'autres élèves bushi d'origine Matsu ont très certainement vu cette distinction d'un mauvais oeil, et par conséquent une certaine pression s'exerce maintenant sur Norihide.

Armé de ces précieuses informations, Masamune décide d'aller voir Norihide pour le convaincre d'arrêter de boire, tel que le souhaite sa soeur Rika.
Conflit avec pour enjeu: faire renoncer Norihide à l'alcoolisme
Masamune met en avant qu'un défaut peut devenir un atout à partir du moment où on s'en sert pour une juste cause, que le fait de ne pas savoir maîtriser sa force l'a conduit à des situations désastreuses, mais que ce n'est plus le cas depuis qu'il l'a mise au service de Bishamon. Masamune fait réaliser à Norihide l'immense honneur que Matsu Teriu lui a fait en le désignant parmi les 10 meilleurs, et qu'il doit dorénavant montré l'exemple et qu'un jour pas fait comme un autre, son addiction à l'alcool pourrait lui desservir, et le déshonneur resurgirait sur Matsu Teriu. Norihide se montre très réticent de recevoir une leçon sur l'honneur, d'autant qu'elle est donnée par un moine, mais devant le calme zen que garde Masamune alors que Norihide renverse une table pour le déstabiliser, il comprend tout le sens de son discours sur le fait de faire d'une faiblesse une force et concède qu'il va arrêter de boire.
Victoire, répercussions 9d4, 1 long terme: le trait "je ne sais pas maîtriser ma force" 2d4 passe à 3d4 avec un nouvel intitulé "je ne sais pas maîtriser ma force mais mon calme si".

Au cours de la discussion avec Norihide, Masamune apprend que ce dernier a pour projet de récolter assez d'argent pour partir un jour, faire entrer Rika dans une école de bardes IKoma, et que lui même préférerait devenir stratège de cette même famille.

Masamune se rend ensuite aux funérailles des 4 bushi morts lors de l'agression de Matsu Teriu. La cérémonie est assurée par Kitsu Iemitsu, assisté d'une jeune fille prénommée Yu. Masamune remarque la présence de Matsu Oniji, le capitaine des gardes, dont l'âge doit égaler si ce n'est dépasser celui de Matsu Teriu, un exploit pour un bushi qui a connu de nombreuses batailles...mais aussi des regards complices entre Matsu Rika, la jeune soeur de Norihide et Matsu Teriu...
A la fin de la cérémonie, Kitsu Iemitsu présente Yu à Masamune, et lui explique qu'elle a le don rare de pouvoir communiquer avec les Ancêtres et les Kami. Ce don étant exclusivement réservé aux descendants des Kitsu, alors que la jeune fille est de basse extraction, Iemitsu pense qu'elle doit avoir un parent descendant des Kitsu. Yu se montre très aimable et curieuse des motivations de Masamune et du rôle tenu par les moines, et se montre même prête à l'accompagner dans un monastère pour découvrir le quotidien de ceux-ci. Masamune prend congés, et rattrape Matsu Teriu sur la route vers le Dojo.

Arrivés au dojo, et alors que Matsu Teriu entre pour se préparer en vue de la prochaine session d'entraînement qu'il va donner à des bushi, Masamune est interpellé par un de ces bushi, Matsu Heizo. Celui-ci doute du jugement de Matsu Teriu, en avançant le fait qu'il a choisi de distinguer Norihide à cause de la relation qu'il entretient avec Matsu Rika. Masamune, bien que pensant que ce bushi se montre jaloux qu'un ancien Akodo ait pu se montrer meilleur que d'autres Matsu et donc distingué à sa place, décide d'aller tirer cette affaire au clair en allant discuter avec Rika, profitant de l'absence de son frère parti s'entraîner au dojo. Matsu Rika avoue qu'elle a effectivement entretenu une relation avec Matsu Teriu, trouvant chez lui toutes les qualités qu'elle aimerait trouver chez un futur mari, mais qu'elle y a mis fin depuis peu, à cause du comportement de son frère. Masamune, s'en voulant d'avoir douté du bon jugement de son ancien sensei, décide de retourner au dojo et d'aller toucher deux mots au bushi Matsu Heizo, même s'il faut aller jusqu'à lui faire rentrer dans le crâne les notions de respect à coup de poings...

Sur le trajet, Masamune entend de l'agitation près du temple du cycle des 12 ans, et alors qu'il s'y rend avec empressement, il y découvre plusieurs cadavres de bushi dont 5 autres élèves qui ont été distingués par Matsu Teriu, reconnaissables au mempo qu'ils portent. Masamune apprend que ces 5 bushis ont attaqué des gardes d'une garnison en dehors de la ville, et qu'après avoir tué plusieurs de ces gardes, ils ont fini par être terrassés.

Ce nouveau fait jette le trouble dans l'esprit de Masamune, peut être que son ancien sensei n'a plus la même clairvoyance qu'il possédait à l'époque. Alors qu'il arrive aux abords du dojo, Matsu Heizo l'intercepte et tente de le convaincre de jeter le discrédit sur le jugement de Matsu Teriu quant aux bushi qui ont été distingués.
Conflit avec pour enjeu: discréditer le jugement de Matsu Teriu
Matsu Heizo profite du doute déjà instillé dans l'esprit de Masamune, et après un bref dialogue où Masamune manque d'arguments pour défendre son vieux maître, celui-ci arrive à le convaincre que Matsu Teriu doit céder sa place de sensei au dojo. Des souvenirs des exactions perpétrées lors de la guerre fratricide entre les Matsu reviennent à Masamune, et il préfère abandonner ce conflit plutôt que de l'envenimer avec ce Matsu...
Défaite, répercussions 6d4, 1 long terme + 1 expérience: la relation "Matsu Teriu" passe de 1d8 à 1d4, la relation "Regrets (guerre fratricide entre les Matsu)" passe de 1d8 à 2d8

Masamune retrouve alors Matsu Teriu, et après lui avoir appris le nouveau forfait d'une partie des élèves qu'il avait promu, le convainc qu'il est peut être temps de laisser la place. Matsu Teriu semble reconnaître qu'il a peut être commis une faute, et semble prêt à en payer le prix, même celui de sa vie... Il annonce alors à Masamune qu'il va se rendre auprès du daimyo pour se soumettre à son jugement après lui avoir avouer son échec à choisir avec un bon discernement ceux qui devaient devenir de futurs leaders Matsu...

Voulant sauver la vie de son ancien maître, Masamune décide d'intercéder auprès du daimyo pour qu'il accepte de laisser la vie sauve à Matsu Teriu. Le daimyo accepte de recevoir Masamune en audience après le sensei, et accorde la faveur demandée.

Matsu Teriu, décidé à se retirer dans un monastère pour terminer sa vie, et méditer sur ses possibles erreurs, Masamune lui propose de l'accompagner car le chemin par la montagne des 7 tonnerres pour atteindre son lieu de retraire est difficile. Alors que les deux compagnons s'engagent sur la route, une violente tempête se déchaîne, douée semble-t-il d'une volonté propre, toute tournée à empêcher les deux compagnons à quitter la cité.
Conflit avec pour enjeu: empêcher les deux compagnons de quitter la cité
Masamune s'accrochant à son chapeau de paille, avance péniblement, mais aidé de la force de Bishamon, et soutenant son ancien sensei, les deux amis parviennent à dépasser les limites de la tempête et poursuivent leur route vers le monastère de la montagne des 7 tonnerres.

Répercussions de fin de partie:
Renforcement du trait: Vétéran Matsu de la Guerre des Clans de 3d4 à 3d6
Gain de 1d6 1d8 en dés libres de relations

Débriefing de fin de partie

Cette partie a généré des conflits très intéressants tant du point de vue de la fiction que des rebondissements "mécaniques". Le premier conflit avec un très fort enjeu pour mon personnage, la vie de son ancien sensei (et un conflit avec des répercussions très probablement mortelles pour les deux personnages), était très tendu car j'ai eu au départ une poisse légendaire au niveau des jets de dés, qui s'est renversée par la suite et au bon moment. Ce conflit a illustré au mieux pour moi la force du système de surenchères de DitV, demandant constamment au joueur jusqu'où il est prêt à aller et qu'est ce qu'il est prêt à risquer pour remporter le conflit. Le hasard des jets de dés a fait que mon personnage a du abandonner le conflit dont l'enjeu était de discréditer le jugement du sensei, un mauvais jet lors de l'invocation d'un trait à 1d en défense, et mon personnage a dû se résigner à suivre le conseil qui lui était donné, même si en tant que joueur j'aurais peut être préféré remporter ce conflit...

Comme l'a souligné Shiryu à la fin de la partie, la liberté donnée au joueur fait que l'histoire générée en cours de partie est unique, et qu'elle est le résultat de la conjonction entre les décisions du joueur, le hasard des jets de dés venant en soutien aux conflits et à l'intérêt que le joueur porte sur tel ou tel PNJ présent. Tous ces éléments qui font pour moi une bonne partie de jeu de rôle.
You can roleplay and talk in funny voice with any RPG, but only a good RPG will talk back.
Luke Crane

Mon blog : Lors de ces après-midi en Utopie
Dernier article: Ar-Agôn: La Communauté ou Agôn en Terre du Milieu - Une bonne adéquation ?
Jeronimo
 
Message(s) : 11
Inscription : 18 Oct 2012, 20:34

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par shiryu » 27 Oct 2012, 14:13

Après accord, ce fil de discussion parlera de notre campagne, des ressenti en tant que joueur et MJ, pas sur la partie mécanique que je suis en train de changer mais que je ne répercute pas au fur et à mesure sur notre campagne. Donc ici, juste la façon de jouer et de maitriser.

Cette partie a été une vraie nouveauté pour moi en tant que MJ. j'ai ressenti des trucs que je savais parfaitement prévus par la théorie du jeu mais que je n'avais jamais franchi comme MJ. Une sensation d'être sur le fil, une sensation de ne pas avoir le contrôle sur l'histoire. A chaque fois, j'avais un moment de stress, de doute, et puis je me rappelais les règles, ce pour quoi elles étaient là et ce qu'elles étaient censés offrir et je leur faisais confiance : là ça devenait grisant. C'est ce que je vais essayer de mettre en évidence dans ce post.

Le premier conflit était un essai mais était prévu. j'avais donc largement eu le temps de peser le pour et le contre mais j'avoue que j'ai retourné la question un paquet de fois dans ma tête avant de me dire "OK, c'est pas du suicide, fait le !". J'ai donc débuté le village avec un conflit fort : l'enjeu était la vie du sensei, une relation forte du PJ voulue par le joueur, et qui plus est dans une arène mortelle (il aurait pu s'agir d'un procès visant à le condamner, l'enjeu aurait été le même mais pas du tout la même arène qui aurait été sociale). Je prenais 2 risques :
- que le joueur cherche à défendre coute que coute son sensei, prenant un grand nombre de répercussions et risquant donc la mort avec une grosse probabilité. Là, fin de la partie, et fin de la campagne. Mais le plus important, c'est que ça aurait été le choix du joueur (après la partie test, il a bien mesuré le risque des répercussions). Et moi, en tant que joueur, c'est le genre de choix qui m'est devenu crucial (le choix de ma mort). Donc il est normal (enfin facile à dire) que j'offre ce choix aussi en tant que MJ.
- que le sensei meurt. Et alors ? c'est cette question que j'ai ressassée dans ma tête : est-ce que sa mort ou sa survie est indispensable à la suite de l'histoire ? et bien non, dans les 2 cas, je trouvais la chose intéressante pour le PJ. Ici, il l'a sauvé : quelle fierté ! et toute la suite de la partie a joué sur "pourquoi l'a-t-on attaqué ?", "comment sauvé sa réputation ?" etc... Si le sensei était mort, le PJ aurait sans doute eu un sentiment de vengeance, quel regard aurait-il posé sur chaque PNJ lié de près ou de loin au sensei ? de la suspicion ? de la rancune ? un partage de tristesse ? Bref, ça valait le coup aussi et donc ce conflit devenait enfin légitime à mes yeux.

Ensuite, il y a eu une petite phase de role-play entre le PJ et le sensei, plus tard dans la partie. Des doutes commencent à se former à propos de l'âge et de la capacité de discernement du sensei. Il demande donc au PJ de découvrir le mal qui ronge ses anciens élèves sinon, il prendra les mesures qui s'imposent. après une campagne à L5A, le joueur sait parfaitement que cela veut dire la mort. Et en disant cette phrase, je me suis dit : "est-ce que je donne un ultimatum ? genre demain à la première heure ?". Mais si le PJ n'y arrive pas ? Je n'ai pas eu le temps de répondre en direct, j'ai juste fini ma phrase sans mettre d'ultimatum et j'ai gardé cette décision comme un futur bang pour relancer l'histoire en cas de creux.
Mais justement, j'ai eu le temps de me reposer la question "et s'il fait seppuku, c'est grave pour la suite ?". Et bien non, le village vit sans lui et c'est bien un village que je met en scène, pas un scéno avec une trame linéaire. alors allons-y en voyant un grand vide s'ouvrir devant moi, une grande page blanche.

PLus tard, Heizo tente de convaincre le PJ de ternir le sensei. Et durant le défi, je me suis dit à un moment : "oh punaise, je n'ai plus le contrôle de l'histoire, qu'est-ce que je dois faire ?" J'ai eu quelques secondes d'angoisse et j'ai écouté le PJ : "non, tout va bien, l'histoire ne part pas en couille, elle ne part pas dans une impasse, elle suit juste son cours et je ne connais pas ce cours, les règles sont là pour créer ça et pour gérer ça, fais leur confiance" et ça a été super grisant cet instant, le sentiment d'être un joueur en restant derière l'écran. Je n'avais plus le sentiment de faire jouer un joueur mais bel et bien de jouer aussi, de me faire plaisir à découvrir l'histoire, à pouvoir intervenir avec mes PNJ pour la rendre intéressante, tout comme le PJ possède son personnage pour faire pareil. Honnêtement, ça a été un des meilleurs moments comme MJ en 20 ans.

Et quand la dernière scène est arrivée, que le PJ quitte le village avec le sensei en laissant plein de pistes non explorées ou non résolues, j'étais vraiment serein. "c'est son choix, il a changé le cours des évènements, maintenant le village va reprendre sans lui et il verra cela la prochaine fois qu'il reviendra." C'est LOGIQUE ! C'est une décision de personnage, pas de joueur qui cherche LE méchant de l'histoire, LE trésor, LA quête à atteindre.

Devant ce CR, je me sens un peu obligé de mettre le pdf du village. Par contre, ça spoile à mort et comme le PJ y retournera, merci de faire des réactions par MP ou plus évasives. Evidemment, Jeronimo, ce n'est pas pour toi.
shiryu
 
Message(s) : 296
Inscription : 18 Juin 2012, 18:00

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par shiryu » 27 Oct 2012, 16:16

le pdf est là
et je crois que sauf mention contraire, aucun pdf ne sera à lire Jeronimo pour toi car vu qu'ils sont destinés à resservir, il y aura toujours de grande chance pour qu'un élément au moins ne soit pas mis en jeu dans la partie.
shiryu
 
Message(s) : 296
Inscription : 18 Juin 2012, 18:00

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par Jeronimo » 31 Oct 2012, 22:52

Le Village des Lances Vertes

Masamune est depuis quelques jours avec son ancien sensei Matsu Teriu au temple des 7 tonnerres quand un messager y arrive, portant un pli pour le vieil homme. Matsu Teriu apprend à Masamune que Matsu Naseru, un de ses 1ers élèves, est mourant. Il souligne l'ironie qui voudrait qu'à la fin de sa vie toutes ses erreurs lui soient rappelées, mais il n'est cependant pas encore prêt à assumer ce que représente pour lui Matsu Naseru, à savoir son plus grand mensonge...il n'en dira pourtant pas plus à ce sujet. Il enjoint Masamune à se rendre là bas pour le représenter, et lui écrit pour se faire une lettre de recommandation.

Après un voyage sans encombres, Masamune arrive au village des Lances Vertes, qui s'est spécialisé dans l'exploitation du bois et du travail artisanal associé pour la construction de ponts, d'engins de guerre, ...

Masamune pousse jusqu'à la résidence légèrement fortifiée du daimyo et découvre en entrant dans sa cour qu'une chambre funéraire y a été construite, lui faisant comprendre qu'il est arrivé trop tard. Alors qu'on le fait pénétrer dans la chambre mortuaire, Masamune y découvre Matsu Ogura, l'intendant du village qui le gérait en l'absence de Matsu Naseru, son cousin, en train de veiller le corps de ce dernier. Masamune lui annonce qu'il est envoyé par Matsu Teriu en lui tendant sa lettre de recommandation. Après en avoir pris connaissance, Matsu Ogura lui raconte en détails les tenants et aboutissants de la situation.

Le daimyo de ce village n'est pas propriétaire des terres du domaine, il n'en est que le gérant. Ces terres sont données en récompense à celui qui s'est illustré sur le champ de batailles. Et Matsu Taka, père de Naseru, s'inquiétait de la préservation de ce titre et sa transmission à son fils car celui-ci s'était montré sans talent guerrier. Matsu Teriu élabore un stratagème pour asseoir la lignée de Naseru au titre de daimyo du village des lances vertes. A l'occasion d'une cérémonie où Matsu Taka reçu des mains de la famille Otomo un siège prestigieux couvert d'or et d'ivoire, Matsu Teriu s'arrangea avec un shugenja du clan de la Grue pour que celui-ci annonça qu'il avait eu une vision à propos de ce siège et qu'une prophétie assurait que quiconque s’assiérait sur ce siège serait protégé des dieux. A la mort de Matsu Taka, Naseru prit sa succession comme étant le fils du protégé des dieux, mais comme personne ne lui avait révélé le stratagème mis en place, il croyait à la véracité de la prophétie et décida de parcourir tout Rokugan pour accomplir des exploits profitant de la protection des dieux. Au cours de ses voyages, il eut la chance de s'entourer de compagnons valeureux, dont 5 rônins devenus très proches de lui et surnommés la "Main", mais malgré cela, il ne put éviter d'être touché par la souillure. Ce secret fut bien caché, mais la souillure ayant recouvert en grande partie son corps, Matsu Ogura a décidé d'interdire à la "Main" l'accès à la chambre mortuaire où repose le corps de Naseru, enveloppé totalement dans des bandages et de son plus beau kimono, afin qu'il ne découvre pas le vrai mal qui a atteint leur ancien maître.

Masamune demande quelques instants de recueillement seul auprès du corps de Matsu Naseru pour prier, et profite du départ de Matsu Ogura pour vérifier que la souillure a bien rongé tout le corps de Matsu Naseru.

Masamune rejoint alors Matsu Ogura dans la salle principale de la résidence du daimyo où trône le prestigieux siège offert par la famille Otomo. Autour de celui-ci se trouve les 5 rônins de la "Main", qui resserrent leur surveillance du fameux siège au moment ou Masamune et Matsu Ogura se rapprochent. Parmi les 5 rônins, deux dénotent particulièrement, Xiang-Li un gaijin ex-membre du clan de la Licorne et Senosuke ex-membre des Daidoji du clan de la Grue. Tout d'un coup deux enfants de 6 et 8 ans font irruption dans la salle en se chamaillant, les deux fils de Matsu Ogura, et après une légère récrimination de leur père, l'un d'eux s'assoit sans hésitation sur le siège prestigieux à la stupéfaction des rônins, et ravivant la colère de Senosuke. Ce dernier avance l'air menaçant vers nous et invective Matsu Ogura:

Conflit avec pour enjeu: que Matsu Ogura reconnaisse avoir comploté contre Matsu Naseru.
Allocation d'1d8 en relation avec Senosuke.
Masamune s'interpose pour éviter que la situation ne dégénère, souligne l'indécence du comportement de Senosuke alors que nous faisons le deuil de Matsu Naseru. Qu'il est exagéré de voir dans le geste d'un enfant un complot mené par Matsu Ogura, et que les dieux ont décidé de protéger celui qui s’assiérait dans ce siège et qu'ils sont capables de distinguer l'innocence de l'acte d'un enfant de ceux accomplis par un homme au coeur corrompu.
Victoire, répercussions:
court terme: relation avec Senosuke passe temporairement à 1d4
expérience: +1 dans l'anneau Air


Matsu Ogura annonce que la dernière volonté de Matsu Naseru est que la "Main" aille chercher son fils Tokaru dans l'école de courtisans Doji où il étudie à l'heure actuelle, et qu'il le ramène pour la cérémonie et pour qu'il prenne la place de son père à la tête du domaine. Masamune se joindra à eux et espère profiter du voyage pour en apprendre plus sur les membres de la "Main".

Le premier jour de voyage se passe sans problème, Masamune a l'occasion de discuter plus longuement avec Xiang-Li et il apprend que Matsu Nesura l'a sauvé à l'époque sans rien lui demander en échange, sans savoir qui il était, et que devant ce geste désintéressé il avait choisi de l'accompagner dans ces exploits futurs. Les autres rônins sont comme lui proches de la quarantaine et témoignent d'une fidélité à toute épreuve pour Matsu Nesura après avoir passé près de 10 ans auprès de lui. Interrogé sur leur éventuel ralliement et dévotion au fils de Nesura, Xiang-Li avoue qu'il ne sait pas encore ce qu'ils vont décider. Le soir venu, la petite troupe s'arrête dans un relais, où elle est vite rejointe par un groupe de rônins venus fêter une entrée d'argent récente. La soirée vire vite au concours de boissons, et si Xiang-Li semble tenir la distance, Senosuke s'effondre peu de temps après que ses 3 autres compagnons aient décidé d'aller se coucher sans participer à la fête alcoolisée. Masamune sollicite l'aide de Xiang-Li et ils supportent tous les deux Senosuke pour le monter dans leur chambre où ils passent une nuit tranquille.

Le lendemain sur la route, Jotaro, le rônin surnommé l'index de la "Main", éclaireur de notre petite troupe, fait signe à tout le monde de s'arrêter car il a découvert un corps allongé sur le chemin, lieu idéal pour une embuscade...

Conflit avec pour enjeu: neutraliser la "Main"
A peine Jotaro se rapproche-t-il du corps, qu'une volée de flèches tombe l'accueille tandis que le groupe de rônins rencontré la veille au soir surgit des bois environnants katana au clair. Masamune et la "Main" se défendent tant bien que mal devant le surnombre, et malgré les conseils tactiques donnés par Masamune, vieux souvenirs des batailles qu'il avait menées lors de la Guerre des Clans, la "Main" commence à se faire déborder et encercler. Masamune ordonne alors un repli dans les bois pour essayer de semer les assaillants, mais là encore impossible de distancer les rônins bien plus nombreux. Masamune décide alors de s'arrêter pour essayer d'en retenir quelques uns et donner le temps à la "Main" de se regrouper pour tenter une contre-attaque. Masamune sort de son kimono sa statuette de jade, seul objet de valeur qu'il lui reste, et tente d'appâter les rônins leur disant qu'ils en tireront un bon prix, mais visiblement c'est bien uniquement sur la "Main" que leur contrat porte, et après avoir ignoré Masamune, les rônins finissent par rattraper les membres désunis de la "Main", à les désarmer et les ligoter.
Défaite, répercussions:
long terme: relation avec Senosuke passe définitivement à 1d4
expérience: relation avec la peur (trompe la mort) passe à 3d8


Se désintéressant totalement de Masamune, les rônins emmènent la "Main" jusqu'à leur campement. Masamune décide alors de les suivre à bonne distance.
Profitant qu'un des rônins s'éloignent du camp pour aller se soulager, Masamune tente sa chance et cherche à le neutraliser pour l'interroger.

Conflit avec pour enjeu: capturer un rônin sans qu'il n'alerte son camp
Alors que Masamune parvient facilement à assommer ce premier rônin en lançant une pierre, un second rônin, visiblement solidaire avec son autre compagnon, arrive pour partager ce moment de soulagement. Masamune lance sa statuette de jade pour faire diversion et s'élance vers ce deuxième ronin, trop surpris pour réagir qui finit facilement maîtrisé par Masamune.
Victoire, répercussions:
long terme: effacer une possession, perte de la statuette de jade
expérience: nouveau trait à 1d6 "la ruse du renard est parfois préférable à la fureur du lion"


Après avoir baillonné et ligoté comme il le peut les 2 rônins, Masamune s'écarte avec eux du camp pour pouvoir les interroger plus tranquillement.

Conflit avec pour enjeu: qu'un des rônins révèle qui les a engagés pour neutraliser la "Main"
Le rônin interrogé n'offre que peu de résistance à Masamune qui apprend que c'est Matsu Ogura qui les a embauchés la veille au matin.
Victoire, répercussions:
court terme: gain d'un trait temporaire à 1d4 "la parole d'un rônin n'a que peu de valeur".


Ne se sentant pas capable de s'infiltrer discrètement dans le camp des rônins pour libérer la "Main", Masamune décide d'aller chercher de l'aide auprès du clan de la Grue et de Matsu Tokura, le fils de Nesaru, en espérant par la même influer la décision des membres de la "Main" vis-à-vis de leur ralliement à Tokura, s'il venait à les libérer de la mauvaise posture dans laquelle ils se trouvent.

Masamune reprend sa route et parvient le soir venu au monastère du ruisseau serein, situé à la frontière des territoires des clans Grue et Lion. Ce monastère est dédié à la contemplation, et Masamune y passe la nuit avant de repartir dès le matin.

Après une journée de route, Masamune arrive à la ville du clan Grue, très riche et raffinée, et pénètre dans le quartier noble où se trouve l'école des courtisans Doji. Là il fait mander Matsu Tokaru et découvre à son arrivée un garçon d'à peine 16 ans. Masamune lui apprend la nouvelle de la mort de son père et qu'il a été envoyé avec les membres de la "Main", pour le ramener au village des Lances Vertes. Masamune lui annonce qu'après une embuscade fomentée par le cousin de son père, Matsu Ogura, les 5 gardes de son père ont été capturés, et qu'il faudrait prévoir quelques renforts pour aller les libérer. Tokaru montre alors son vrai visage, orgueilleux et prétentieux, se croyant déjà légitimement protégé par le siège Otomo, et annonce à Masamune qu'à lui seul il libérera les anciens gardes de son père, leur montrant ainsi qu'il est son digne héritier.

Les deux nouveaux compagnons repartent en direction du village des Lances Vertes et font étape d'abord au monastère qui a servi de refuge à Masamune à l'aller. Là, un moine sans âge s'aidant d'un bâton pour se diriger, et ayant pris connaissance de l'arrivée de Matsu Tokaru, interpelle Masamune. Il s'agit en fait de Yashi, le shugenja du clan de la Grue qui a annoncé la prophétie il y a maintenant 30 ans...

Conflit avec pour enjeu: de révéler à un moment ou à un autre la vérité à Matsu Tokaru à propos du siège Otomo
Yashi avance l'argument qu'il vaut mieux révéler à Matsu Tokaru la vérité car il pourrait l'apprendre à un plus mauvais moment, et qu'il l'apprendra de toutes manières un jour ou l'autre. Masamune craint que la révélation de cette vérité n'entraîne un déchaînement de violence et de nombreux morts dans le clan Matsu, mais cède à la volonté de Yashi...Masamune va maintenant essayer de trouver le bon moment pour révéler cette vérité.
Défaite, répercussions:
court terme: nouveau trait à 1d4 "Un secret est souvent un lourd fardeau"
expérience: nouveau trait à 1d6 "Le prix de la vérité est dur à estimer"


Masamune et Tokura repartent au matin, avec dans l'idée de retrouver le campement des rônins et de libérer la "Main".

Conflit avec pour enjeu: retrouver le campement des rônins
Masamune après quelques minutes pour retrouver des traces, craint qu'il ne lui faille plusieurs heures pour espérer retrouver le campement, il décide d'abandonner cette idée.
Défaite, sans répercussions.


La nuit approchant, Masamune décide de pousser jusqu'à l'auberge qui les avait hébergés lors de l'aller. Mais avant même d'entrer dans l'établissement, Masamune reconnaît de forts éclats de voix appartenant au chef des rônins qui les ont attaqués quelques jours auparavant. En poussant la porte de l'auberge, Masamune découvre le chef des rônins accompagné de 3 de ses sbires, en train de boire et de se vanter d'avoir vaincu la "Main". Il pense alors saisir cette occasion pour le convaincre de relâcher la "Main".

Conflit avec pour enjeu: le chef rônin accepte de relâcher la "Main"
Masamune avance l'argument que son contrat étant rempli, puisqu'il a empêché la "Main" d'atteindre la ville du clan Grue, le chef rônin peut maintenant la libérer. Le chef rônin avance qu'il a déjà "libéré" plusieurs membres de la "Main", et qu'il a un arrangement en cours pour tirer profit des prisonniers qui lui restent. Masamune apprend au chef rônin qu'il est accompagné du futur daimyo de la région, et qu'il serait inspiré de libérer les rônins qui servaient de gardes à son père, sinon il pourrait attirer son courroux. Le chef rônin semble soudain intéressé et se demande quelle rançon il pourrait tirer de la capture du futur daimyo. Masamune lui demande alors à quel prix il estime sa vie, et s'il est prêt à la risquer pour cet éventuel gain...
Victoire, répercussions:
court terme: nouveau trait à 1d4 "L'argent peut éviter d'avoir recours aux menaces"
expérience: le trait "Le prix de la vérité est dur à estimer" 1d6 passe à 2d6 avec l'intitulé "Le prix de la vérité est dur à estimer mais moins que celui de sa propre vie"


Le chef rônin ayant accepté de libérer les membres de la "Main" encore présents dans son camp, c'est au petit matin que Masamune et Tokura voient arriver Senosuke (l'auriculaire) et Jotaro (l'index). Ces derniers leurs annoncent que Xiang-Li (le majeur) et Takeshi (le pouce) sont partis car ils ne voulaient servir personne d'autre que Naseru, et que Shinro (l'annulaire) a préféré suivre son ancien maître dans la mort.

Au fur et à mesure de l'approche du village des Lances Vertes, Tokaru change de comportement, devenant prévenant et aimable auprès des habitants du village rencontrés sur le chemin, et annonçant qu'il est le futur daimyo en tant que fils de Matsu Naseru. L'accueil que lui font les villageois est plutôt bon. Mais alors qu'il entre dans la salle du conseil et s'assoit sur le siège offert par la famille Otomo, son attitude change totalement et il reprend le ton hautain qu'il avait montré lorsque Masamune l'a rencontré la première fois. Matsu Ogura vient saluer Tokaru, mais ce dernier reste impassible et semble attendre de voir le comportement de l'intendant de son père avant de décider s'il doit ou non le faire arrêter pour avoir essayer de l'empêcher d'accéder à son statut légitime.

Les préparatifs vont bon train, car la cérémonie et la crémation de Matsu Naseru doivent avoir lieu prochainement. Masamune essaie de s'isoler quelque peu de manière à réfléchir à la marche à suivre pour révéler la vérité à Tokura. Masamune a une opinion partagée quant à savoir si Matsu Tokura ferait un bon seigneur ou pas, pendant un moment il avait espéré que ce dernier se ferait mortellement blessé lors de l'assaut du camp des rônins pour libérer la "Main", et il aurait été alors plus facile de lui annoncer la vérité sur la prophétie avant qu'il ne quitte ce monde. Le comportement de Tokura à son arrivée au village a jeté un doute sur l'opinion première que s'était faite Masamune, mais vu son comportement quand il s'est assis sur le siège de son père, Masamune pense qu'il serait préférable pour l'avenir de cette région que cette prophétie et sa représentation physique disparaissent en même temps que Matsu Naseru dans les flammes purificatrices de son bûcher.

Jotaro ayant décidé de servir Matsu Tokura, comme il avait servi Matsu Naseru depuis 10 ans, Masamune va s'enquérir de la décision de Senosuke et tenter de le convaincre de l'aider à mettre fin à cette fausse prophétie.

Conflit avec pour enjeu: convaincre Senosuke de s'emparer du siège Otomo pendant la cérémonie et de le détruire en le jetant dans le bûcher prévu pour son ancien seigneur.
Senosuke ne semble pas disposé à servir Matsu Tokaru, il ne pense pas retrouver chez celui-ci toutes les qualités qui l'avaient attaché à son ancien seigneur. Masamune ajoute alors que les qualités d'un homme lui sont propres, qu'elles ne tiennent en rien à la protection ou à la bénédiction des dieux, et que pour assurer un meilleur avenir à cette région, il vaudrait mieux que son seigneur se repose sur son courage et sa conviction plutôt que sur un mensonge et une prétendue protection des dieux sous la forme d'un siège offert il y a 30 ans. Senosuke avoue alors à Masamune qu'il a jadis été abusé par un mensonge en servant Kakita Hojin lorsqu'il décida d'éliminer Matsu Chonoku sous le prétexte d'un assaut des terres du Lion. Masamune reste impassible alors qu'il apprend que Senosuke a servi l'homme qui est responsable de la mort de son père...mais devant le sacrifice demandé et accepté par Senosuke, Masamune estime qu'il est inutile de révéler à Senosuke la véritable nature de la révélation qu'il vient de faire.
Victoire, répercussions:
court terme: nouveau trait à 1d4 "Le prix du mensonge doit parfois être supporté par d'autres"
expérience: le trait "Le prix de la vérité est dur à estimer mais moins que celui de sa propre vie" 2d6 passe à 2d8 avec l'intitulé "Le prix de la vérité est dur à estimer mais moins que celui de sa propre vie ou du mensonge d'un autre"


Le moment de la cérémonie est enfin là, et une grande foule est rassemblée pour y assister. Alors que les premières prières sont dites et que le feu est allumé, Yashi le vieux moine, ancien Shugenja du clan de la Grue, sort des rangs et en s'adressant à Matsu Tokura, révèle devant la foule ébahie que la prophétie est un mensonge créée de toutes pièces. Matsu Tokura pris de fureur ordonne qu'on lui apporte la tête de ce vieux fou, et Jotaro s'exécute immédiatement. Profitant de cette diversion inespérée, Senosuke s'avance alors près du bûcher portant le prestigieux siège, et devant les regards ébahis, il se jette dans les flammes en proférant une dernière imprécation à l'encontre de Matsu Tokura: "tu peux lutter contre la vérité mais pas contre le doute !"

Alors que la foule se dissipe, Matsu Tokura s'effondre en larmes devant le bûcher, tandis que Jotaro vient le soutenir et lui renouvelle sa loyauté, quoi qu'il puisse advenir.

Masamune s'éclipse également, et reprend la route vers le temple des 7 tonnerres pour retrouver Matsu Teriu. Après lui avoir raconté le dénouement de cette prophétie qu'il avait contribuée à mettre en place, Matsu Teriu avoue reconnaître à Masamune que le plus dur n'est pas de faire des choix mais d'en assumer les conséquences, ce à quoi Masamune acquiesce silencieusement, méditant les terribles choix qu'il a dû faire depuis qu'il s'est mis au service de Bishamon, et à ceux qui lui restent encore à faire dans le futur...

Répercussions de fin de partie:
Gain de 2d4 1d10 en dés libres de relations
Nouveau trait à 1d6 avec l'intitulé "Mon chemin vers l'illumination ne doit plus être détourné par les errances passées de mon ancien clan"


*******************************************************************************************************************************************************************************************
Petite anecdote de jeu:

J'ai invoqué à 2 reprises une des possessions de Masamune, à savoir la statuette de jade qui vaut 2d6, lors du conflit pour échapper aux rônins et pour faire diversion en essayant de capturer le second rônin.

Lors de la première invocation, c'était à un moment crucial du conflit, j'avais quasiment invoqué tous mes traits, et le dernier espoir qu'il me restait de retourner le conflit en ma faveur, c'était de faire un bon jet sur cette invocation, j'ai sorti deux 1 sur mes d6...du coup j'ai abandonné le conflit.
Lors de la seconde invocation, c'était pour faire une diversion en lançant cette statuette, j'ai sorti un 1 et un 2 sur mes d6...du coup, j'ai choisi logiquement comme répercussion à long terme d'effacer cette possession en la considérant comme perdue dans les broussailles quand Masamune l'a lancée.

Marrant comme la fiction colle parfois aux conséquences mécaniques du conflit et à la volonté du joueur de se débarrasser d'un objet inutile!
You can roleplay and talk in funny voice with any RPG, but only a good RPG will talk back.
Luke Crane

Mon blog : Lors de ces après-midi en Utopie
Dernier article: Ar-Agôn: La Communauté ou Agôn en Terre du Milieu - Une bonne adéquation ?
Jeronimo
 
Message(s) : 11
Inscription : 18 Oct 2012, 20:34

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par shiryu » 01 Nov 2012, 00:20

"Marrant comme la fiction colle parfois aux conséquences mécaniques du conflit et à la volonté du joueur de se débarrasser d'un objet inutile!"
ben quand le système le permet, ça aide aussi !

Bon, scéno casse-gueule mais je voulais tester le concept du village itinérant. ici, le village était les 5 membres de la main et les évènements auraient été les rencontres en chemin. Le truc où j'ai pas assuré un cachou, c'est que je n'avais rien prévu pour développer les relations entre le PJ et la Main. Enfin si, il y avait de quoi faire des discussions intéressantes, il pouvait aussi y avoir des divergences entre PNJ et le PJ aurait du trancher et convaincre MAIS aucune accroche pour démarrer ce genre de scène, ça tenait au bon vouloir du PJ d'aller discuter avec les PNJ et surtout de faire un paquet de role-play pour espérer déclencher un truc. Le problème avec un peu de recul, c'est que les PNJ n'avaient aucun secret avec le PJ mais qu'ils en avaient entre eux, du coup, pas de réelles envies de déclencher des trucs.

Bon, je ne parle même pas des ronins à la taverne, une scène à 2 balles qui fait floppe MAIS pas inutiles car ça a servi au décor et le PJ a su rebondir dessus.

LE point positif de cette partie fut la cassure complète avec la linéarité du road movie prévu et raté : la capture des ronins. Et là, yaouh d'avoir un jeu qui permette au joueur de faire ses choix. Au final, tous les éléments étaient donné au PJ, tous les PNJ étaient présentés donc mon boulot de MJ était rempli et je n'avais plus qu'à suivre le joueur.

Au fait le village des lances vertes.

Un autre passage à développer aurait été l'attitude du jeune seigneur et son comportement. je n'i pas insisté car le PJ s'était clairement posé comme observateur, j'ai donc juste décris des scènes plutôt que de chercher des conflits.

La scène qui va paraître complètement anodine dans la 2ème partie du CR, c'est la recherche du camp des brigands pour les libérer. C'est le truc où j'ai le plus réfléchi, sur la manière de le gérer, sur son utilité et tout un tas de truc avant de le lancer. Même après avoir lancé les dés (un conflit avec le démon), je ne savais pas quoi narrer avec mon raise. J'ai pris plusieurs secondes pour bien me remettre les règles en tête, me convaincre que c'était ce que le système me suggérait de faire et que c'était logique. Si vous avez lu le CR précédent, vous savez que c'est la 2ème fois que je me sens perdu en tant que MJ et que dans un jeu plus traditionnel, j'aurais géré ça à la gygax (une règle maison sur le pouce, un jet de dés pour faire du bruit et hop) mais que je me suis raccroché au système et à sa vocation. Et ça fait 2 fois que ça tient la baraque : c'est très important pour moi en cette phase de test. Derrière une scène comme celle-ci, je prend aussitôt les règles du jeu pour expliciter l'importance du petit truc qui m'a sauvé la mise ou pour le développer.
Bon c'est sûr, j'ai fait un jet de porc et le PJ a abandonné à mon premier raise mais avant d'avancer les dés, tout était redevenue clair sur la légitimité et l'objectif du conflit.
shiryu
 
Message(s) : 296
Inscription : 18 Juin 2012, 18:00

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par Fabien | L'Alcyon » 01 Nov 2012, 00:37

Salut à vous deux !
Wow, quel CR ! Un sacré morceau ! Jeronimo, comment souhaites-tu que nous participions à la conversation ? Est-ce que tu as des points que tu aimerais qu'on aborde ? Comment souhaites-tu qu'on aborde l'ensemble ? Tu peux tout à fait me répondre que le CR est juste là pour te présenter ou que tu ne souhaites pas particulièrement de retours extérieurs, c'est entièrement compréhensible.

@shiryu:
PLus tard, Heizo tente de convaincre le PJ de ternir le sensei. Et durant le défi, je me suis dit à un moment : "oh punaise, je n'ai plus le contrôle de l'histoire, qu'est-ce que je dois faire ?" J'ai eu quelques secondes d'angoisse et j'ai écouté le PJ : "non, tout va bien, l'histoire ne part pas en couille, elle ne part pas dans une impasse, elle suit juste son cours et je ne connais pas ce cours, les règles sont là pour créer ça et pour gérer ça, fais leur confiance" et ça a été super grisant cet instant, le sentiment d'être un joueur en restant derière l'écran. Je n'avais plus le sentiment de faire jouer un joueur mais bel et bien de jouer aussi, de me faire plaisir à découvrir l'histoire, à pouvoir intervenir avec mes PNJ pour la rendre intéressante, tout comme le PJ possède son personnage pour faire pareil. Honnêtement, ça a été un des meilleurs moments comme MJ en 20 ans.

Ca, ça me fait vraiment très très plaisir pour toi ! ^^ La beauté et la magie de la narration partagée ! :)
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par shiryu » 01 Nov 2012, 10:27

Merci Fabien mais c'est clair que c'était bon ! Avant, les meilleurs moments que j'ai vécus comme MJ, c'est quand je voyais les joueurs totalement pris dans l'histoire, flippant face à un monstre ou pris d'un cas de conscience face à un dilemme. Et là je me disais : "super, j'ai réussi à faire prendre la sauce". Clair que c'était du contrôle absolu mais j'avais réussi à faire une histoire qui mette les personnages au coeur de l'histoire. J'ai bien écrit "un des meilleurs moments" et pas "le meilleur moment" car ce trip aussi me faisait b....er mais je crois que c'était égoïste, je prenais mon plaisir différemment des autres joueurs.
Dans les autres bons moments, je n'oublie pas les franches rigolades parce que ça reste une activité sociale mais je dois admettre que c'était souvent dans des parties qui ne pouvaient pas offrir grand chose d'autre.

Pour finir, je ne vais pas trop développer mais ces 2 parties m'ont permis de vraiment faire ressortir l'essence et la force du jeu. Et nos discussions de fin de partie nous permettent soit d'épurer en virant des vieux concepts/habitudes/règles soit de mettre en évidence un point important du jeu mais pas assez mis en valeur.
C'est le fil de Jeronimo, je le laisse répondre à ta question mais pour ma part, en participant à son fil, je tiens à garder trace de l'évolution de notre façon de jouer et de maitriser, influencée par le système.
C'est certes pour moi (mais nous pourrions garder ça en interne) mais peut être aussi que ce fil servira un jour à un membre de ce forum (comme j'ai pu m'appuyer moi-même sur vos CR pour éviter les problèmes que vous avez rencontrés), c'est du partage d'espérience en ce qui me concerne.

Enfin, même si ce fil se poursuivra, je tiens à préciser que c'était notre dernière partie avec les règles 1ère version. Toutes les modifs étaient faites de côté mais pas testées aussitôt. Dès demain, nous testons la nouvelle version, plus personnelle et j'avoue Fabien que je comprends certainement un peu le stress que tu avais en présentant la version achevée de monostatos à tes amis de la cellule. En plus, il n'y aura pas que Jéronimo, donc 1 ou 2 joueur extérieur qui n'ont pas suivi la conception du jeu.
shiryu
 
Message(s) : 296
Inscription : 18 Juin 2012, 18:00

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par Jeronimo » 01 Nov 2012, 11:47

Fabien | L'Alcyon a écrit :Salut à vous deux !
Wow, quel CR ! Un sacré morceau ! Jeronimo, comment souhaites-tu que nous participions à la conversation ? Est-ce que tu as des points que tu aimerais qu'on aborde ? Comment souhaites-tu qu'on aborde l'ensemble ? Tu peux tout à fait me répondre que le CR est juste là pour te présenter ou que tu ne souhaites pas particulièrement de retours extérieurs, c'est entièrement compréhensible.


Merci Fabien!

Le CR est là principalement pour pouvoir analyser la partie après coup, et servir de support pour Shiryu dans le développement de son jeu. Mais j'invite quiconque a déjà joué à DitV d'apporter son expérience vis-à-vis de situations analogues qu'il aurait rencontrées en partie, et de souligner toutes différences d'interprétation et d'utilisation des règles de DitV pour pouvoir en discuter.
You can roleplay and talk in funny voice with any RPG, but only a good RPG will talk back.
Luke Crane

Mon blog : Lors de ces après-midi en Utopie
Dernier article: Ar-Agôn: La Communauté ou Agôn en Terre du Milieu - Une bonne adéquation ?
Jeronimo
 
Message(s) : 11
Inscription : 18 Oct 2012, 20:34

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par Frédéric » 27 Nov 2012, 03:03

Salut Jérôme, salut Shiryu,

alors, j'ai quelques trucs qui me passent par l'esprit :
  • Concernant le premier compte rendu, je suis surpris que les bushi prennent des d8 si Masamune s'est battu à mains nues. Est-ce qu'il a utilisé une arme également ou est-ce simplement que vous avez augmentez le niveau de Répercussions du combat à mains nues ? Tuer quelqu'un à mains nues, à part la strangulation ou briser la nuque, ou un acharnement, ça me paraît délicat et du coup, est-ce représentatif de ce qu'un moine devrait faire dans votre jeu ?
  • J'ai l'impression dans votre premier CR, que le joueur met longtemps avant de découvrir le mobile des agresseurs du maître de Masamune et du coup, on a l'impression d'une enquête. Dans Dogs, les « secrets » n'en sont pas vraiment, ce sont des dévoilement qui sont fait pour être révélés rapidement et amener de nouveaux Bangs dans le jeu. J'ai l'impression qu'ici on cherche ce qu'il se passe pour essayer de comprendre les mystères de la situation un peu à la manière d'un Cluedo.
  • Sur le deuxième CR, je pense que l'embuscade est une technique de préparation très éloignée du fonctionnement de Dogs (toute la préparation du voyage, d'ailleurs). Les Branches de Ditv ne sont pas composées « d'événements », ni de « passages obligés », car ce sont des événements qui imposent un conflit précis et qui présupposent que le joueur fera ce que le scénario attend de lui, limitant donc sa liberté d'action (alors que dans Ditv, elle est totale et c'est un des intérêts majeurs du jeu.
  • Le principe d'autoriser le personnage à se déplacer sur de grandes distances au cours d'une partie risque de poser problème quand vous jouerez avec plus de joueurs : imaginez que Masamune se rende à une journée de route où se trouvent les autres PJ, les autres ont une journée pour faire des tas de choses tandis que lui voyagera. Ils pourraient même terminer la partie sans lui.
  • Shiryu, concernant ce point :
    La scène qui va paraître complètement anodine dans la 2ème partie du CR, c'est la recherche du camp des brigands pour les libérer.
    Clairement, je pense qu'il ne faudrait pas lancer les dés pour une « recherche » ou une « fouille ». L'ensemble de la préparation doit être révélée et le seul résultat que tu obtiendrais en cas d'échec, c'est : « bon, eh bien on fait quoi maintenant ? »
  • Enfin, le point qui me paraît le plus difficile actuellement et néanmoins important, c'est : que fait le PJ dans tout ça ? Dans Dogs, les PJ sont missionnés, ils ont une tâche à accomplir. Mais ce n'est pas tout : ils seront tenus pour responsables de ce qui arrive dans le village.
    Dans Démiurges, les joueurs choisissent eux-mêmes un But commun à leurs PJ et à l'issue de chaque partie, ils disent ce qu'ils veulent faire pour la prochaine partie, et dans quel but. Ainsi, le MJ leur sert toujours une situation adaptée à leurs envies et à leurs objectifs.
    Les relations du PJ peuvent sans doute vous aider, mais je pense que l'altruisme a ses limites comme motivation. Cependant, si c'est expliqué par le dogme que défend le moine, ça peut devenir une mission à la façon de Dogs et dans ce cas, tout roulera.

Sinon, à l'avenir, n'hésitez pas à orienter la discussion et à nous mettre sur la piste de ce qui vous semble poser problème ou juste mériter une attention particulière, plutôt que d'aller à la « pèche aux remarques ». Car pour les lecteurs, c'est toujours plus difficile de trouver des points qui vous intéresseront dans les méandres d'un CR détaillé, que de réfléchir à une question ou une demande d'aide et l'investissement en temps n'est pas le même. ;)
Après, je dis ça, mais ça me fait toujours plaisir de poster des sujets super longs juste pour dire : « cette partie était trop cool » et dans ce cas, je n'attends pas de discussions particulières. ^^
(Attention, je ne suis pas modo, donc ce n'est qu'un conseil d'utilisateur du forum)
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par shiryu » 27 Nov 2012, 10:38

Merci de relancer un peu le sujet, on est un peu en stand-by question parties puisque je suis en phase de réécriture pour prendre en compte toutes nos réflexions suite à ces premières expériences. Du coup, j'espère pouvoir répondre plus précisément car nous avons quand même bien avancé dans l'idée globale (encore 1 ou 2 flous mais justement parce que pas encore testé, donc pas dans les CR).

Je sais qu'il n'est pas conseillé de faire du quote mais comme là, tu soulèves de spoints précis, je ne vois pas trop comment faire autrement.

Frédéric a écrit : Concernant le premier compte rendu, je suis surpris que les bushi prennent des d8 si Masamune s'est battu à mains nues. Est-ce qu'il a utilisé une arme également ou est-ce simplement que vous avez augmentez le niveau de Répercussions du combat à mains nues ? Tuer quelqu'un à mains nues, à part la strangulation ou briser la nuque, ou un acharnement, ça me paraît délicat et du coup, est-ce représentatif de ce qu'un moine devrait faire dans votre jeu ?

Ce qu'un moine doit faire ? il a le choix sur ce point. Ce qu'un moine peut faire ? oui, dans mon jeu, un moine peut tuer à mains nues, on est dans du japon fantasy, donc il peut détruire les rochers avec le poing s'il veut ou toucher un point sensible avec un doigt pour paralyser son adversaire. Mais de manière plus spécifique à cette scène, j'ai posé la question à jerome pour savoir ce qu'il cherchait en frappant et le combat était super mal parti, il frappait sans retenue pour essayer de dissuader ses adversaires aussi. [/quote]

Frédéric a écrit : J'ai l'impression dans votre premier CR, que le joueur met longtemps avant de découvrir le mobile des agresseurs du maître de Masamune et du coup, on a l'impression d'une enquête. Dans Dogs, les « secrets » n'en sont pas vraiment, ce sont des dévoilement qui sont fait pour être révélés rapidement et amener de nouveaux Bangs dans le jeu. J'ai l'impression qu'ici on cherche ce qu'il se passe pour essayer de comprendre les mystères de la situation un peu à la manière d'un Cluedo.

Ce village est encore tiré d'un scéno L5A, donc toujours très enquête. Cette fois, je l'ai largement détourné du script original pour révéler plus vite (si si, je t'assure) mais c'était encore trop enquête je te l'accorde. Disons que l'objectif test de cette partie était ailleurs (impliqué de manière forte le sensei, commencer par un conflit hard pour voir si ça pouvait faire foirer une partie ou pas suivant le résultat du conflit).
Ce point a été soulevé dans notre debriefing et si jerome a ressenti effectivement encore trop de mystères, de mon côté, j'ai plus ressenti masamune s'intéresser au trio sensei-rika-norihide et ne pas forcément se préoccuper des élèves. Durant la partie, j'ai souhaité aller dans son sens plutot que de le rediriger en pensant "hé, le scéno est par là". Il a développer un aspect du village, la suite sera pour la prochaine fois. Accepter ça a été dur pour moi dans la partie mais je pense (jerome, n'hésite pas à t'exprimer) que c'était quand même agréable pour lui de pouvoir impliquer son perso librement dans le problème de son choix parmi ceux que présentaient le village.

Frédéric a écrit : Sur le deuxième CR, je pense que l'embuscade est une technique de préparation très éloignée du fonctionnement de Dogs (toute la préparation du voyage, d'ailleurs). Les Branches de Ditv ne sont pas composées « d'événements », ni de « passages obligés », car ce sont des événements qui imposent un conflit précis et qui présupposent que le joueur fera ce que le scénario attend de lui, limitant donc sa liberté d'action (alors que dans Ditv, elle est totale et c'est un des intérêts majeurs du jeu.

je voulais essayer le concept de cillage itinérant. Je ne dis pas que le concept est impossible mais je l'ai très mal amené : fiasco de ce coté pour moi, mea culpa.

Frédéric a écrit : Le principe d'autoriser le personnage à se déplacer sur de grandes distances au cours d'une partie risque de poser problème quand vous jouerez avec plus de joueurs : imaginez que Masamune se rende à une journée de route où se trouvent les autres PJ, les autres ont une journée pour faire des tas de choses tandis que lui voyagera. Ils pourraient même terminer la partie sans lui.

je le note

Frédéric a écrit : Shiryu, concernant ce point :
La scène qui va paraître complètement anodine dans la 2ème partie du CR, c'est la recherche du camp des brigands pour les libérer.
Clairement, je pense qu'il ne faudrait pas lancer les dés pour une « recherche » ou une « fouille ». L'ensemble de la préparation doit être révélée et le seul résultat que tu obtiendrais en cas d'échec, c'est : « bon, eh bien on fait quoi maintenant ? »

en fait, la scène n'a pas été jouée réellement mais le jeune seigneur qui accompagnait masamune se serait opposé à lui dans cette recherche. le premier élément que j'introduit est le temps que ça va prendre et ensuite, je pouvais mettre en scène le jeune seigneur pour s'opposer à masamune et dire qu'il avait d'autre priorité. Toutefois, c'était bien une scène sans PNJ. J'ai dit que cette scène m'avait demandé beaucoup de réflexion avant de la lancer (doit on faire un conflit ou pas ? PNJ ou pas ?). C'est là un point majeur du jeu que je veux mettre en avant (je le perçois comme présent dans dogs mais je voudrais insister dessus), c'est la volonté du démon, ce qu'il veut, ce qu'il peut et ce qu'il attend du PJ. Ici, c'est noir sur blanc, le démon veut que masamune ramène le seigneur à son village, il peut agir à travers le jeune seigneur donc j'ai suivi les règles. Je suis en train de mettre tout ça par écrit pour que ça soit clair pour le MJ.

Frédéric a écrit : Enfin, le point qui me paraît le plus difficile actuellement et néanmoins important, c'est : que fait le PJ dans tout ça ? Dans Dogs, les PJ sont missionnés, ils ont une tâche à accomplir. Mais ce n'est pas tout : ils seront tenus pour responsables de ce qui arrive dans le village.

je suis en train aussi de mettre ça noir sur blanc, un peu l'équivalent du code de conduite d'un dog, ses missions, pourquoi il est là, ce qu'il doit faire ... On est d'accord, indispensable et c'est devenu maintenant très concret.

Merci pour tes remarques, elles me rassurent cette fois. Le contraire m'aurait contrarié puisque je pense avoir approfondi ce qui devait l'être. Nous venons de convertir masamune dans la nouvelle version du jeu. Je termine de rédiger ce qui a été dit pour le partager avec jerome mais aussi pour voir les flous qui persistent. Quand tout ça sera fait, nous attaquerons une deuxième tournée de village pour tester la nouvelle mouture et creuser les flous persistants. Par exemple,le conflit multijoueur. On a fait un test il y a peu mais je n'ai rien conclu encore, ça m'a juste ouvert plusieurs options, ce qui est déjà pas mal je dois dire. L'autre point à creuser (et les autres que je découvrirai avec la 2ème tournée), c'est la création du village que je veux guidée pour aider le MJ à préparer ses parties, pour que ça puisse se faire assez vite et que ça reste dans les attentes du jeu.
Plus tout le reste que je n'aborderais pas ici tant que je n'aurai pas décidé du mode d'édition du jeu.
shiryu
 
Message(s) : 296
Inscription : 18 Juin 2012, 18:00

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par Frédéric » 27 Nov 2012, 13:37

Content que vous avanciez.

Un dernier point : la prémisse de Dogs in the Vineyard porte sur l'escalade de violence. Je pense que si le héros (et j'imagine certains PNJ) ont une force herculéenne, tu perds en partie la prémisse de Dogs, ou tu l'édulcores. La force herculéenne est généralement utilisée dans les histoires qui cherchent à mettre des héros en valeur comme personnes exceptionnelles, avec débauche d'effets et une surenchère de puissance et de violence. C'est extrêmement loin de Dogs et de son côté "Petite maison dans la prairie" qui dégénère. Là tu te trouves immédiatement à un niveau de violence potentiellement haut, l'escalade risque de ne pas avoir beaucoup de nuances. ;)
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par shiryu » 27 Nov 2012, 14:35

un coup de fusil dans la poitrine, ce n'est pas plus violent ?
mais oui, j'ai revu mes arènes (très proche de ce que tu as fait pour démiurges d'ailleurs, c'est marrant).
shiryu
 
Message(s) : 296
Inscription : 18 Juin 2012, 18:00

Re: [DitV - L5A] Un lion parmi les hommes

Message par Frédéric » 27 Nov 2012, 14:51

Haha, oui, le système de Démiurges est le résultat de longues périodes de tentatives de hacking malheureuses de Dogs. ^^
Il a fallu que je m'en écarte beaucoup et que je crée mon propre système au final car le jeu était trop différent de son modèle (avec les pouvoirs, le but des PJ, l'absence de mission etc.) pour que je puisse me contenter de le hacker.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers


Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 0 invité(s)

cron