[Zombie cinéma] suspense et narration

Cette rubrique sert à parler de vos parties ! C'est la rubrique maîtresse, que ce soit pour chercher des principes fondamentaux du jeu de rôle, demander de l'aide sur un jeu, discuter de notre culture ou pour partager vos coups de cœur.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Zombie cinéma] suspense et narration

Message par Yglirin (Benoit) » 18 Déc 2011, 22:46

Bonjour à tous,

Je souhaite vous faire part de notre expérience avec Zombie Cinéma. Je relaterais notre troisième partie.
6 joueurs autour de la table dont voici les six personnages :
Une junkie en manque blessée (bras rouge et gonflé, est-ce une phlébite ou une morsure ?)
Un colonel de l’armée dirigeant un labo secret.
Un docteur scientologue travaillant pour le colonel
Un père de famille looser et faible narcissiquement
Une préado manipulatrice et irritante fille du père
Un homme de main du colonel dépendant de sa hiérarchie.

Voici les différente scènes que l’ont a joué (il doit en manquer une ou deux que j’ai oublié) :

Scène 1 ;
Cadrage : Los Angeles un soir.
La camionnette du colonel cherche des clodos pour tester un sérum de l’armée. Ils tombent sur la junkie et l’embarque. Un père et sa fille sont témoin de l’enlèvement. Premier conflit pour savoir si la junkie s’échappe ou pas. Elle perd le conflit. Tout le monde est embarqué.

Scène 2 :
Cadrage : le labo.
Les joueurs négocient pour savoir ce que sont les expériences de l’armée. La réponse n’est pas claire. Ont-ils crée un virus ou juste un sérum ? En tout cas on est d’accord pour dire qu’il ne fonctionne pas et le docteur propose d’allez demander de l’aide a son mentor le gourou de sa secte.

Scène 3 :
Cadrage : chez monsieur Cruise.
Le docteur, l’homme de main et le colonel négocie et demande au gourou du médecin si il connait effectivement un sérum. Ce dernier répond par l’affirmative mais demande à être emmener dans le labo sécurisé.

Scène 4 :
Cadrage : dans le parking du labo.
Le sérum de l’église de scientologie a été crée. Malheureusement un cobaye s’est zombifié après avoir décédé et avant d’avoir reçu le médicament. Il a mordu ses gardes qui ont eux même bouffés d’autre. Bref le labo est plein de zombies. Tom Cruise est aussi un zombie. Les joueurs ont pu s’échapper dans le garage. Le docteur veut sauver Cruise avec son sérum l’ado refuse. Conflit. L’ado gagne, le labo est abandonné. La toxico décède dans la fuite.

Scène 5 et 6 :
Cadrage : Dans les rue de L.A.
On fuit vers la campagne. Les zombies sont partout. La voiture a du mal à passer. Quelqu’un (je me souviens plus de qui) veut se sacrifier pour protéger l’ado et un autre s’y oppose. Conflit. Il ne reste que le papa looser, l’ado et le docteur en vie. Lors de la scène suivante les zombies attaque la voiture, gagne le conflit et bouffe le père et la fille.

Scène finale.
Le docteur est à une case de la sortie. Il décide de quitter la voiture malgré les zombies de prendre la caisse de sérum dans le coffre et de se piquer ainsi que les zombies pour les guérir avec le sérum de son gourou. Conflit avec les zombies, il perd et se fait bouffer avant d’avoir atteint le coffre. On ne sera jamais si le sérum fonctionnait ou pas.

Commentaire :
Au départ on a été un peu brouillon. Il n’était pas clair du tout de ce que faisait l’armée. Pour certain il était la cause de l’épidémie pour d’autre il tentait de guérir.
On a eut du mal à introduire le père et son ado qui ont été embarqué de force (au propre et au figuré).
Ensuite a plusieurs reprise on a eut envie d’être en conflit avec les zombies mais les règles ne prévoit pas cela avant le décès d’un personnage et même dans ce cas que lors de son cadrage. On a été plusieurs a être frustré de cela on aurait bien voulu « se battre » dé en main contre les undeads.
La partie a vraiment décollé après la scène chez Tom Cruise. L’action s’est ensuite enchainée de façon fort jouissive. La scène finale ou le résultat du conflit allait donner la réponse a la question qu’on se posait tous à savoir si le sérum fonctionnait était grandiose.
Au final comme dans nos deux parties précédentes on est tous mort. Mais cette fois si l’un de nous a touché la case « sortie ». Je pense qu’on a trop tendance à collaborer. On est des vieux routards des jdr où en générale on collabore.
Enfin on est un peu perdu face au système narratif. On a plus l’habitude que notre souhait de narration soit mis en conflit et que les dés ou le meneur donne le résultat. L’action est donc en suspens et le résultat donnera la trajectoire de la suite de la narration. « Je cours vers la fosse la franchit (jet sauter réussi) et tue le monstre (jet de combat contre le monstre gagné) ». Ici il manque les jets ou l’arbitrage du MJ et cela nous laisse parfois une sensation d’inutilité. Pourquoi décrire ce combat ou cette action où il n’y a aucun suspense ou challenge puisqu’on décrit dans la foulée le résultat. Le seul plaisir de la narration suffit pour certaine scène mais pour d’autre on aurait aimé mettre un peu plus de suspense dans les scènes sans conflits entre personnages.

Voila, on va retenter cela dans trois semaines. Vos commentaires sont les bienvenus.

Benoit
Yglirin (Benoit)
 
Message(s) : 20
Inscription : 09 Nov 2011, 22:40
Localisation : Belgique

Re: [Zombie cinéma] suspense et narration

Message par Christoph » 20 Déc 2011, 14:44

Salut Benoît, sois le bienvenu dans les rubriques générales !

J'ai eu du plaisir à lire ton rapport de partie ! Ça avait l'air d'être le délire ! Pendant combien de temps avez-vous joué ?

Il semble que vous ayez voulu empêcher quelqu'un de se sacrifier. Si le joueur n'avait pas l'intention d'utiliser le mécanisme de sacrifice, alors en effet, les autres personnages peuvent vouloir l'empêcher de faire une bêtise, c'est une situation fictionnelle comme les autres. En revanche, en tant que mécanisme de jeu, le sacrifice ne peut être empêché et sa résolution est immédiate : le pion recule pour en faire avancer un autre. La seule manière de « contrer » cela c'est de sacrifier un autre pion pour remonter celui qui vient de se sacrifier, mais le premier personnage qui a été sauvé n'est pas influencé par ce second sacrifice.

Dans la deuxième scène, tu décris les joueurs en train d'essayer de négocier les expériences de l'armée. Je déconseille fortement ce genre de procédés, même si les règles ne l'interdisent pas. Pendant les scènes, jouez simplement vos personnages. Si le colonel prétend qu'il sait ce que sont les expériences, alors qu'il en soit ainsi. S'il se révèle être coupable de l'épidémie, peut-être qu'il va se mettre à dos tous les autres personnages ! Une tournure très intéressante pour le jeu, à mon avis, riche en conflits potentiels (cela aurait peut-être permis d'accélérer le démarrage de la partie). Lorsque vous cadrez une scène vous êtes libres d'introduire de nouveaux éléments zombiesques (sujet au veto conformément aux règles). Ne vous prenez pas trop la tête, ce jeu permet de découvrir les zombies en cours de route. Lorsque vous décrivez l'issue d'un conflit, alors il y a parfois des situations qui justifient la révélation d'un pan de l'origine des zombies (typiquement, le colonel pourrait s'enfuir à bord d'un hélicoptère après avoir lancé des fioles de toxines sur ceux restés en bas).
Si les joueurs négocient entre eux ce qu'est la menace zombie, indépendamment des actes et paroles des personnages, alors on court-circuite des possibilités de conflit (récupérer une fiole pour l'analyser ou toutes les détruire avant que leurs effluves n'infectent quelqu'un ?) et on s'ôte des possibilités de surprendre les autres joueurs.

Je suis un peu confus : tu dis que la partie manquait de suspens, mais d'après ton compte-rendu, je suis prêt à parier que la dernière scène était chargée de tension ! C'en est d'ailleurs une qui reprend bien mon élucubration théorique du paragraphe précédent. Le joueur du médecin, selon le résultat des dés, aurait tout à fait été justifié de décrire tout un aspect de l'affliction zombie, d'autant plus qu'il était sur le point de clore la partie. Une grosse révélation finale aurait pu être du plus bel effet, bien que personnellement j'aime bien les fins cyniques aussi. Et pour ça, rien ne sert de trop prévoir, car on ne sait pas vraiment dans quelle direction les événements vont nous mener, il vaut donc mieux adapter les révélations au fur et à mesure.

Concernant le combat contre les zombies, c'est effectivement une question de description pure, en dehors des scènes spécifiques. Les joueurs peuvent autant se permettre d'éviter les zombies que de les affronter (victorieusement) en masses. Le fait qu'il n'y ait pas plus de possibilités mécaniques sert à recadrer l'attention sur les interactions entre PJ, ce qui est quand même le parti pris particulier de ce jeu.
Pourquoi en décrire, ainsi que tout le reste, si ce n'est pas sanctionné par l'appréciation d'un MJ ? Mais pardi, parce qu'on veut raconter et découvrir les histoires de nos personnages !
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Zombie cinéma] suspense et narration

Message par Yglirin (Benoit) » 20 Déc 2011, 20:01

Merci de tes remarques.
Notre groupe se composait de quatre amis (dont un en Finlande qui joue via skype), vieux rolistes autour de la quarantaine, d’une amie et de mon beau frère de 15 ans tous deux novices. Nous débutons notre partie après avoir couché les enfants et nous arrêtons 6 heures avant leurs levés. Donc de 20 heures vers minuit, une heure maximum. On a fait deux parties de zombie cinéma. Chaque partie a donc duré +-2 heures.
Pour le suspens je n’ai pas été assez clair. La seconde partie de la session de jeu ne manquait pas de suspense et d’une manière générale les conflits amène du suspense. Mais dans les moments plus narratifs nous avions parfois du mal à ce que la sauce prenne. La sensation de vide ressentie apparait lors des scènes narratives. La scène reste alors fort froide. Dans un jeu classique les jets de dés, les rebondissements scénaristiques et les résultats des actions décidées par le MJ pimentent les scènes. Je pense que nous n’avons pas assez l’habitude de ce type de jeu. Par exemple lors d’une scène de fuite on se met à décrire la scène puis arrêt, on se demande qui va décider si on réussi à fuir ou pas, petite sortie d’immersion, on se rappel qu’il n’y aura aucun jet de dé puisque pas de conflit et on termine la scène un peu désemparé. L’empêchement du sacrifice est probablement une réponse à notre malaise face aux scènes narratives. Lors de cette fuite un joueur annonce que son personnage va retenir les zombies en se sacrifiant. Un autre joueur a essayé de l’en empêcher en retenant le personnage du joueur en question dans la voiture. Un conflit était né et nous étions rassuré par la tension crée par le jet de dé.
Dans les actions plus sociales on s’en sort mieux grâce à notre expérience white Wolf ou on avait l’habitude de jouer les pnjs en interactions avec nos pjs. Donc la négociation avec T.Cruise a été une vraie négociation entre mon beau frère qui le jouait et les personnages impliqués dans cette scène.
En conclusion je crois qu’on doit apprendre à pouvoir mieux profiter du plaisir de la narration et création de l’histoire. Plaisir ici partagé entre les joueurs contrairement au jeu de rôle plus classique où ’il est plus solitaire et réservé au MJ au moment de la création du scénario.
Yglirin (Benoit)
 
Message(s) : 20
Inscription : 09 Nov 2011, 22:40
Localisation : Belgique

Re: [Zombie cinéma] suspense et narration

Message par Christoph » 20 Déc 2011, 22:36

Hello

D'accord, je comprends mieux maintenant. À ce moment-là, n'hésitez pas à accélérer les premières scènes, encore que vu la durée de vos parties vous devez déjà jouer assez serré. Peut-être que ça ira mieux avec l'habitude, les joueurs sentant mieux comment cadrer des scènes efficaces pour ce jeu précis (moi j'ai tendance à provoquer des conflits dès le début afin de lancer l'action, ça peut sembler gratuit, mais ça se justifie aisément, c'est pas non plus comme si c'était un jeu qui se prêtait à étaler des backgrounds interminables).
Dernière astuce à laquelle je pense : on a le droit de cadrer une scène avec n'importe quel personnage, à son tour. Pourquoi ne pas choisir deux personnages joués par d'autres joueurs et les mettre dans une situation tendue d'emblée (sans rendre la chose humiliante bien sûr) ? Par exemple, je pourrais raconter que mon personnage se rapproche de deux autres qui se disputent sur la destination vers laquelle fuir. Les joueurs ainsi brusquement happés dans la situation auraient à définir l'idée de leur personnage et l'expliquer au mien. Ceci n'implique pas forcément un conflit entre ces deux (ça ça reste du ressort de leurs joueurs), mais ça pose une certaine tension (peut-être c'est justement moi qui leur dit que leurs deux idées sont plus bêtes l'une que l'autre, m'attirant ainsi un conflit contre les deux).

Tiens-nous au courant si vous rejouez (si t'as le temps), ça m'intéresse !
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse


Retour vers Parties

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron