Les Cordes Sensibles : Moins et plus qu'humains

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

Les Cordes Sensibles : Moins et plus qu'humains

Message par Frédéric » 26 Nov 2011, 16:10

Gaël joue Abigail, stripteaseuse ; son Problème est : « pourrais-je enfanter alors que je ne suis pas sûre de l'assumer. »

Sébastien joue Thomas, thanatopracteur ; son Problème est : « comment accepter ma nouvelle nature ? »

Je joue Clarence, shérif de la ville ; son Problème est : « pourrais-je vivre avec Lorraine sans la détruire ? »


Abigail
Strip-teaseuse
« pourrais-je enfanter alors que je ne suis pas sûre de l'assumer. »

Dans une boîte de strip-tease, Abigail danse pour un client, celui-ci subjugué par sa beauté pose sa main sur elle, Abigail appelle la sécurité, il se fait mettre dehors.

Alicia, une de ses collègues (qu'elle veut faire vampire) vient lui demander si elle va bien et lui propose d'aller boire un verre. En repartant du bar, un homme armé d'un couteau cherche à abuser d'elles. Abigail le mord, Alicia a peur d'elle, elle s'enfuit.
J'ai l'impression avec du recul que même cette agression était trop due au hasard, j'ai voulu donner l'occasion à Abigail et Alicia de créer un lien (positif ou négatif) via ce danger, mais il aurait mieux valu trouver autre chose : un vampire qui en a après Abigail par exemple... Du coup, la règle qui dit : « pas de coïncidences ou de manigances » me paraît vraiment appropriée, reste à la respecter comme il se doit.

Les comparses de l'homme qu'elle vient de mordre surgissent, elle les tille en pièces. Un homme en costard vient parler à Abigail (je ne me souviens plus ce qu'ils ont échangé).

Elle retrouve Alicia prostrée sur les marches de l'escalier de son appartement. Elles parlent un peu, Abigail finit par regagner un peu sa confiance, mais ce n'est pas gagné.

Sur la dernière scène, j'avais envie d'intégrer Thomas puisqu'il possède un trait lié au Problème d'Abigail, mais comme Sébastien et Gaël ont décidé que leurs personnages ne se connaissaient pas, ce serait devenu complètement fortuit et donc pas très intéressant, j'ai donc abandonné cette idée.


Clarence
Schérif
« pourrais-je vivre avec Lorraine sans la détruire ? »

Dans une rue éclairée par un lampadaire, trois corps gisent sur le sol couverts de sang, une silhouette est recroquevillée sur l'un d'eux, on entend des bruits de succion. Clarence apparaît, c'est un homme d'apparence une quarantaine d'années, il lui dit : « tu connais les règles, William. » L'autre semble avoir un instant de stupeur, mais se jette sur lui, Clarence le coupe en deux dans une gerbe de sang.

Clarence est dans le lit avec Lorraine, dans une grande chambre. Il sent ses veines battre, ça devient obsédant, il sort du lit, Lorraine lui demande ce qu'il fait, il lui dit qu'il a oublié quelque chose d'important au boulot, elle insiste, mais il se dérobe.

Alors qu'il se trouve dans sa voiture sur la route, il se rend compte que Lorraine le suit . Il s'arrête, sort de sa voiture et va la voir. Ils se disputent et Clarence retourne à sa voiture en donnant un coup dans la portière de la voiture de Lorraine, la déformant de façon surprenante.

Plus tard, Clarence et Lorraine se retrouvent dans leur lit, Clarence embrasse Lorraine dans le cou, puis il la mort, boit son sang et la mort, le sang lui gicle au visage, il commence à la dévorer, puis l'avaler...
Sébastien et Gaël ont bien compris qu'il s'agissait d'un rêve.

Abigail, le personnage de Gaël frappe à la porte de Clarence et entre avant que celui-ci ne lui ait ouvert. Clarence lui demande ce qu'elle fait là. Elle visite la maison en disant : « les rumeurs disent que notre shérif s'est entiché d'une humaine ? » il répond que oui et qu'elle n'a rien à faire ici. Elle lui demande où elle se trouve. Il ment en lui disant que Lorraine n'est pas là. Elle le plaque contre le mur en lui disant qu'elle regrette l'époque où ils étaient amants en lui léchant le visage. De colère, il la projette à travers la pièce, elle percute le placard.
Lorraine descend les escaliers et assiste à la scène qui suit : un conflit se lance où Abigail veut que Lorraine ait peur de Clarence. Clarence prend un tisonnier et menace Abigail, celle-ci se moque de lui, il la transperce avec son poing au niveau de la poitrine.
Gaël gagne le Conflit, je raconte la façon dont Clarence essaye d'approcher Lorraine mais celle-ci prise de tremblements ne le laisse pas approcher. Gaël ajoute qu'Abigail s'enfuit en vomissant du sang, satisfaite.
Je propose à Gaël de créer le Trait : je veux que Clarence me revienne, mais je me rends compte que j'extrapole trop ce faisant, j'aurais dû proposer quelque chose d'autre. Comme Gaël était d'accord, ça ne posait pas de problème.


Thomas
Thanatopracteur
« comment accepter ma nouvelle nature ? »

Thomas voit arriver un nouveau corps dans son lieu de travail, la morgue. Il ressent un besoin de s'en abreuver, mais il sort, prend un rat caché dans son sac et lui boit le sang.

Il revient et trouve un de ses collègues vampires en train de se nourrir du sang des cadavres frais. Ils discutent un peu et James l'invite à une soirée.

Durant la soirée, une dizaine de personnes se trouvent dans un appartement, une charmante femme prénommée Eve lui propose un verre de sang. Il lance un conflit contre lui-même pour lutter, il finit par en boire une gorgée, mais s'enfuit par culpabilité.

Eve, le rattrape dans la rue et lui explique que par des moyens « propres », comme voler des poches de sang à la banque du sang ou se servir sur des cadavres, boire le sang d'humains n'est pas si terrible, s'ensuit un Conflit visant à faire relativiser Thomas. Celui-ci gagne, Eve s'en va déçue.
Thomas a atteint son seuil de sentiments, il rattrape Eve et la plaque contre le mur en lui faisant bouffer un rat pour lui montrer que sa solution n'est pas si infecte.


Remarques : le jeu tourne vraiment bien. Au départ, les situations ne présentaient pas d'enjeux forts, mais petit à petit on est arrivés à tirer parti des idées de chacun et c'est devenu intense.

D'un point de vue mécanique, je pense avoir résolu beaucoup de choses, mais il me reste à bien travailler les retombées et la création de traits et de sentiments ainsi que la technique des suggestions qui méritent encore quelques menues améliorations, mais le reste me semble au poil.

J'ai été très content de voir qu'on pouvait jouer des vampires tout en ne trahissant pas le jeu. Cela permet de toute évidence de mettre en avant plus de violence et de cruauté qu'on ne le ferait normalement tout en créant un jeu subtil d'humanité et de monstruosité. Je suis vraiment conquis.
Cependant, je vois mal ce qu'on pourrait jouer d'autre tout en conservant de la profondeur psychologique. Ma prochaine tentative s'inspirera sans doute d'un film comme « Dans la peau de John Malkovich de Spike Jonze » ou « Eternal sunshine of the spotless mind » de Michel Gondry : un élément surnaturel cristallise les passions humaines.

Le fait de ne pas trop rigidifier le canon vampirique était une bonne chose : on a décidé qu'on pouvait sortir en plein jour, mais que cela nous affaiblissait, on n'a pas utilisé de pouvoirs de contrôle mental ou autres, on pouvait entrer et sortir comme on le voulait des maisons de n'importe qui et le sang de morts (frais en tout cas) n'était pas un poison. Mais on aurait pu faire autrement. La domination mentale me semble potentiellement problématique, c'est pourquoi j'ai ajouté comme règle « qu'un autre joueur pouvait toujours résister par un Conflit s'il le voulait. »

J'ai piqué le système de "lines and veils" de Breaking the Ice (si mes souvenirs sont bons) pour proposer aux joueurs de mettre une limite dans la présence et ou les descriptions des éléments de violence et de sexe dans la partie. L'un des joueurs a voulu que le sexe ne soit pas décrit, on a bien fait de le mettre au point, ça a permis de nous assurer de ne pas franchir la ligne entre sortir de la zone de confort et tomber dans l'inconfort non désiré.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: Les Cordes Sensibles : Moins et plus qu'humains

Message par Footbridge » 29 Nov 2011, 14:06

Effectivement, en sortant du carcan trop rigide d'un univers trop rigide type White Wolf sur les vampires, t'arrive à un truc plus raccord avec l'esprit des Cordes Sensibles tout en gardant une belle histoire de vampires.

Petite question, tu as fait joué toutes les scènes de chaque perso à la suite, ou bien c'était plus du tour par tour ?
Footbridge

La Bible du Meneur de Jeu & Le Blog des MJs : http://www.labibledumeneurdejeu.com
New Heaven, le jeu narratif post apocalyptique : http://www.newheaven.fr
Footbridge
 
Message(s) : 131
Inscription : 05 Oct 2010, 14:56
Localisation : Nord Pas de Calais

Re: Les Cordes Sensibles : Moins et plus qu'humains

Message par Frédéric » 29 Nov 2011, 14:24

Merci Fabien.
C'était au tour par tour. Je ne les ai reconstituées que pour la lisibilité du compte-rendu. :)
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers


Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron