[Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Arianne (Mélanie) » 16 Oct 2009, 00:58

Bonsoir,

Après une longue attente ( en cas pour Nathan et moi) vendredi soir dernier fût une soirée découverte du jeu psychodrame. Partie dans le cadre de l'association où les 6 joueurs se connaissaient peu.

Avant la partie :

Nous voilà donc 6 autours de la table, avec Démiurge comme maître de cérémonie. Nous étions tous débutants nous avons donc choisi pour thème : Un groupe d'ami découvre une somme d'argent, chacun va tenter de défendre son point de vue concernant l'avenir de cette somme.

Dans un premier temps je vais tenter de brosser un portrait rapide des personnages que l'on jouait :

Les personnages ( Psychologie, métiers, buts poursuivis)

- Amandine ( Éléonore) a fait le choix de jouer un personnage narcissique, son but est de garder la somme entière pour elle seule, elle exerce le métiers de traductrice.
- Fabien ( Fabien) a fait le choix de jouer un personnage obsessionnel compulsif, son but est de partager la somme de manière équitable, il est conseiller financier.
- Frédéric ( Sarah) a fait le choix de jouer un personnage dépendent, son but est de permettre à ceux qui en ont le plus besoin de profiter de la somme d'argent, il joue une interne en chirurgie.
- Lionel ( Alex) choisi un personnage dont je ne me souviens plus le trait principal, son but étant de rendre l'argent à ceux auxquels il appartient, il est agent immobilier.
- Nathan ( Roger) jouait un personnage obsessionnel compulsif, il poursuit le but de partager l'argent équitablement, il exerce le métier d'ingénieur mécanique.
- Moi ( Elise) je joue un personnage histrionique, mon but est de faire profiter la somme à des associations caritatives, je suis aide-soignante.

Les liens et détails du Background des personnages :

- Éléonore et Alex étaient frère et sœur, leurs parents avaient divorcé et ils s'étaient querellés à propos de ce divorce ( chacun ayant pris le parti de leur père ou mère)
- Sarah et Fabien étaient un couple marié
- Sarah était dépendante de Fabien, et était la meilleure amie d'Élise ( et inversement)
- Fabien était en réalité sur la paille, et avait fait des avances à Élise
- Roger appréciait énormément Fabien, et ne pouvait pas souffrir les autres
- Elise était croyante

Voilà pour le portrait de chacun.

Le décor :

Suite à la proposition de Fabien nous choisissons le cadre d'une soirée d'anniversaire en l'honneur de Sarah, au cour de la soirée Fabien nous apprend l'existence d'un compte bancaire "fantôme" garni à souhait et nous propose de disposer de cet argent.

L'histoire que nous avons construite :

Durant le repas d'anniversaire de Sarah, Fabien nous annonça la découverte d'une somme d'argent conséquente dont il pouvait disposer durant le week-end. Ne sachant que trop faire de cette somme il nous a demande notre avis, à savoir si nous souhaitions peut-être en profiter.

Dans les premiers moments, nous avons tous (plus ou moins) donné nos avis ( révélant notre but ou non) avec un certain calme.

Puis en cours de soirée, Sarah a découvert la situation financière de Fabien. Cette nouvelle l'affecta beaucoup. De nombreuses querelles ont suivi cette révélation, notamment concernant l'attitude de Fabien à l'égard de Sarah, mais aussi concernant le partage de l'argent : Le tout s'entremêlant. Les disputes portaient sur la confiance, nos buts respectifs, l'amitié, le besoin pécunier, la religion, les valeurs ...

Sarah se mit alors à enchaîner verre sur verre, pour finalement annoncer qu'elle souhaitait quitter la soirée. Devant cette situation, Éléonore et Élise ont alors tenté de la retenir avec beaucoup de difficultés d'ailleurs pour finalement y parvenir. La soirée repris alors "légèrement" son calme, mais ce n'était que l'accalmie avant la tempête.

Une violente dispute éclata entre tous, chacun défendant ces opinions ( et vélocité pour certains) concernant le devenir du magot, le ton montait, ( les conflits aussi) et au cours de cette dispute générale Élise révéla les avances de Fabien à son encontre.

Cette confession sonna "la fin" de la dispute, chacun ne trouvant plus de mots pour s'exprimer, certes quelques reproches ont fusé mais il était certain que l'avenir du magot n'était plus à l'ordre du jour. La soirée se fini ainsi dans l'aigreur et la déconfiture.


Critiques et problèmes rencontrés en cours de partie :

Pour commencer, je tiens à signaler que la partie fût un vrai plaisir et en ce qui me concerne en tout cas une expérience complètement inédite. Je n'arrive pas vraiment à décrire comment je pourrais définir le jeu mais c'était vraiment bon.

Je confirme que le choix que nous avons en début de partie d'opter pour un thème simple était judicieux. La raison est qu'il est déjà difficile de se mettre en scène et d'embrasser un rôle ( pour ma part en tout cas) volontairement éloigné de sa propre personnalité, ajouter en plus la difficulté d'un thème sordide n'aurait à mon sens que pour effet de nuire à la construction de l'histoire et à la mise en scène de nos personnages.

Les "problèmes" rencontrés en cours de partie sont les suivants :

En ce qui concerne Nathan, il a du mal à comprendre quand entamer un conflit, pour lui les règles ne sont pas assez précises, il trouve que poser une carte pour annoncer un conflit n'est pas role-play.

Sinon pour ce qui est des avis partagés par l'ensemble des joueurs de cette partie, lors des conflits entre plusieurs joueurs, lorsque l'un d'eux quitte le conflit alors que les autres le poursuivent, on ne sait pas trop à quoi s'en tenir pour ce qui est du sort du personnage qui quitte le conflit. Ce point est peut-être à éclaircir.

Enfin, me concernant seule à présent, j'ai eu l'impression de parfois avoir envie de "jouer" lors des conflits : Je veux le gagner, je le gagnerais quelqu'en soit le prix ! Je me demande si cette façon de jouer colle à l'esprit du jeu ?

Pour finir, dans l'ensemble le jeu me semble vraiment bien aboutit, la résolution des conflits du départ demande une certaine gymnastique, mais une fois le système assimilé ( trop peut-être ?) c'est un pur plaisir !

Pour finir je dirais à mon sens que Psychodrame c'est jouer un personnage qui n'est pas soi, mais qui pourtant se doit d'être impliqué émotionnellement dans ses propos ou ses actes. Je m'explique :

De mon expérience dans cette partie, j'ai du lors des propos de mon personnage sur l'église, mettre de côté mon "moi" pour essayer de ressentir les affronts comme Élise aurait pu les ressentir, afin de pouvoir avoir la réaction la plus sincère possible c'était vraiment ...



Voilou

Ps : Je ne sais pas trop où poster ceci, j'espère que j'ai opter pour la bonne section et si ce n'est pas le cas, d'avance "Désolée"
Mais, pourquoi ?
Arianne (Mélanie)
 
Message(s) : 35
Inscription : 01 Juin 2009, 13:32
Localisation : Poitiers

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Lionel (Nonène) » 16 Oct 2009, 02:38

Ce rapport de partie est VRAIMENT instructif. Il parle du vécu et ce qui a été la partie. Ce n'est pas mon jeu mais je lirai avec attention.
Lionel (Nonène)
 
Message(s) : 728
Inscription : 13 Déc 2005, 15:16

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Frédéric » 16 Oct 2009, 14:46

Salut Mélanie, je suis très très content que tu aies posté ce rapport de partie, c'est vraiment très éclairant (en plus concernant une partie que j'ai jouée, ça m'offre une perspective qui ne me serait pas accessible autrement).

Concernant le choix du thème de la partie : plus je joue à Psychodrame et plus je me rends compte qu'il y a un facteur de relation entre les relations des joueurs et le choix du problème qui est primordial pour la qualité de la partie. Donc je te rejoins tout à fait à ce niveau là.

La question de Nathan est judicieuse. Expliquer ce qu'est un conflit est vraiment problématique. Nous avons eu quelques discussions avec Christoph à ce sujet et j'ai toujours du mal à faire comprendre le fond du truc dans les règles du jeu.
Pour ainsi dire, la mécanique de résolution des conflits est là pour permettre aux joueurs de "forcer" la situation à se résoudre. On pourrait jouer une partie de Psychodrame entière sans conflits "mécaniques", mais l'histoire s'en trouverait appauvrie, car les conflits font sortir les joueurs de leur "zone de confort" et les incitent à prendre des décisions qu'ils n'auraient sans doute jamais prises sans.
Or, quand trouve-t-on un moment opportun pour déclencher un conflit ?
C'est là que ça devient compliqué : pour que les conflits respectent le déroulement de l'histoire et s'inscrivent logiquement en elle, il faut déclarer qu'un conflit a lieu en jugeant au moment présent les évènements. Ce qui n'est pas facile, puisqu'on est occupés à autre chose : jouer son personnage.
Dans un jeu avec MJ, je donnerai au MJ la responsabilité de déclarer les conflits. Dans un jeu sans MJ, il faut trouver une autre solution.
J'aimerai avoir des avis et idées de la part des participants au forum au sujet de cette difficulté que je rencontre souvent à inciter les joueurs à déclencher les conflits. C'est toujours un point difficile pour les rôlistes qui ne sont pas habitués aux JDR Indies et pour les néophytes en matière de JDR.

Ensuite, le fait de poser une carte devant l'adversaire, ça doit découler d'une action du PJ et s'accompagner de l'annonce de l'enjeu ; Je ne sais pas ce que signifie "pas roleplay", donc je t'incite (ou Nathan, puisque c'est son sentiment) à expliciter ce point. ^^

Je te propose d'aborder les autres points que tu soulèves quand on en aura fini avec celui-ci (qui me tient à cœur).
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Christoph » 17 Oct 2009, 14:26

Hello Mélanie, hello Frédéric

Je rejoins Lionel sur le fait que c'est un excellent compte-rendu: bref et à propos.

Mon point de vue sur les conflits (en tenant en compte que j'ai joué à ce jeu... deux fois?)

Rien ne sert de courir, il faut partir à point
C'est un des points que nous avons discuté avec Frédéric de long en large, et il reste pertinent. Vouloir à tout prix des conflits, au détriment de ce qu'il se passe dans la fiction, c'est dommage. Je préfère mille fois un seul et unique conflit amené "naturellement", qu'une flopée de conflits capilotractés. Cela se fait en jouant quelques scènes, en tâtant les susceptibilités de tous, mais surtout les intérêts que chacun défend. De ce point de vue-là, il me semble primordial d'avoir établi une sorte de "réseau de relations" en début de partie: on y voit tout de suite des lignes de tensions (c'est l'expression appropriée, Frédéric?) entre les différents intérêts des personnages.

Résolution de conflit
C'est un terme que je reprends de la Forge. L'idée c'est qu'on s'intéresse à résoudre des conflits d'intérêts, plutôt que de déterminer la réussite ou non d'une action (ce que font la majeure partie des JdR, ce serait d'ailleurs intéressant de voir s'il y a une différence dans l'apprentissage entre des rôlistes confirmés et habitués à cette autre manière de faire et des débutants vierges de tout "conditionnement").
La notion de conflit d'intérêt est certes un peu vague: le partage de l'argent est en effet un conflit d'intérêt en soi. Est-ce que cela veut dire qu'il faut jouer un conflit et puis basta? Probablement pas. C'est là que l'étape précédente nous informera grandement: selon comment on construit la situation, on voudra probablement résoudre des intérêts conflictuels d'un ordre plus bas: donner l'argent à une œuvre caritative ou le partager (d'une certaine manière) entre les PJ? Faut-il s'intéresser à la provenance de l'argent en premier lieu ou non? Faut-il peut-être traiter le problème du couple Sarah et Fabien auparavant (ou est-ce que c'est cela le problème fondamental, qu'il faudrait donc approcher plus lentement)?
Ma suggestion est donc de bien identifier ces conflits d'intérêts et ensuite de les décomposer en sous-conflits, plus petits et aux conséquences moins "définitives", dans le but de construire progressivement.
Pris à l'extrême, si quelqu'un lève la main sur un autre personnage (une simple action), il n'y a pas à faire de résolution de conflit. Certes, ce n'est pas dans les intérêts de mon personnage de se faire frapper, mais en même temps, c'est un aspect très en marge face aux intérêts qui sont centraux à la partie et de surcroît je ne vais pas perdre de points de vie ou que sais-je. De plus, cela me donne un contexte enrichi pour déclencher un nouveau conflit, qui sera lui plus clairement axé sur les problèmes centraux de la partie (« Si tu es prêt à me frapper pour tes idées, alors jamais on ne pourra plus te faire confiance...»)
En revanche, si c'est le mari qui frappe l'épouse... est-ce qu'on est en train de symboliser une rupture de relation de confiance dans le couple, et ainsi mener à un divorce? Dans ce cas là, nous sommes nettement plus dans le cœur de l'imbroglio des relations des PJ.
C'est finalement aussi une question de goûts: ce qui passe pour un problème majeur dans un groupe peut être moindre dans un autre. Il faut donc d'une part que les joueurs impliqués perçoivent la situation comme un conflit d'intérêts (dont le contexte doit être au préalable construit), et d'autre part que le conflit porte sur un enjeu raisonnable. Pour ce deuxième point, on peut imaginer que tout joueur puisse intervenir pour demander à diminuer la portée des enjeux, quitte à décomposer le conflit initial en deux ou plus conflits plus petits.

Si nécessaire, je veux bien analyser un conflit tiré de votre partie selon ce schéma. Choisissez-en un qui vous a justement fait hésiter.


C'est en forgeant que l'on devient forgeron
Tout ce que j'ai dit? C'est une question de sensibilités et d'entente de groupe, et cela s'entraîne.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Frédéric » 18 Oct 2009, 00:31

C'est très bon tout ça, Christoph !
Disons que le problème que je rencontre avec les conflits, c'est que les gens qui lisent Psychodrame se demandent comment ça marche (et pas que les conflits).
Mon idéal serait de parvenir à permettre à des néophytes de jouer à ce jeu sans autre expérience du JDR. Il leur faut comprendre clairement comment appréhender les conflits et quand est-ce qu'on les déclenche. Et c'est là que ça pose problème. Mais si tu penses vraiment que ça ne peut pas venir tout seul, qu'il faut une pratique et un expérience du jeu, alors ça veut dire que je ne peux pas faire grand chose de plus pour clarifier cette technique.

Il faut noter que dans cette partie nous avons eu plusieurs scènes sans conflit, ce qui est pour moi un gage de qualité.

J'en profite pour répondre aux autres points soulevés par Mélanie :
Arianne a écrit :Pour finir je dirais à mon sens que Psychodrame c'est jouer un personnage qui n'est pas soi, mais qui pourtant se doit d'être impliqué émotionnellement dans ses propos ou ses actes. Je m'explique :

De mon expérience dans cette partie, j'ai du lors des propos de mon personnage sur l'église, mettre de côté mon "moi" pour essayer de ressentir les affronts comme Élise aurait pu les ressentir, afin de pouvoir avoir la réaction la plus sincère possible c'était vraiment ...

Tu as raison, c'est le versant principal du jeu : se mettre dans la peau d'un autre et peut-être mieux le comprendre (en psycho, ça pourrait se rapprocher de la dissonance cognitive (le fait de défendre un point de vue qui n'est pas le mien peut m'amener à le considérer différemment), mais je crois en fait qu'il ne s'agit que de catharsis : la façon dont les expériences fictives participent de notre vision de l'homme. Peut être un peu des deux ?).
Mais...
Il existe aussi le versant : j'affronte mes problèmes. Comme je vous en avais parlé, la partie avec Magali où nous avons joué une instance de divorce était particulièrement intense. On n'était pas du tout en froid ni rien de tel, nous joueurs, mais cela a ravivé nos angoisses. Cette partie était particulièrement riche d'un point de vue émotionnel.
Je compte tester quelque chose d'encore plus direct, mais j'en parlerai quand ce sera fait.

Arianne a écrit :Enfin, me concernant seule à présent, j'ai eu l'impression de parfois avoir envie de "jouer" lors des conflits : Je veux le gagner, je le gagnerais quelqu'en soit le prix ! Je me demande si cette façon de jouer colle à l'esprit du jeu ?


La question est : avais-tu envie de le gagner à tous prix, à cause de son enjeu ? Ou simplement pour le plaisir de relever le défi ?
De ce que j'ai vu, il me semble qu'il n'y a aucun problème : le jeu permet à ceux qui veulent abandonner, voir souffrir leur personnage etc. de le faire. Ceux qui veulent gagner le conflit participent à la dynamique du jeu. Quand j'ai amené Sarah à vouloir quitter la soirée pour aller se coucher, Amandine et toi m'en avez empêché, mais je me suis défendu bec et ongles. Par contre, combien de strokes as-tu pris lors du dernier conflit ? Un bon paquet ! Est-ce vraiment une victoire ?
Donc il n'y a pas de soucis à essayer de gagner un conflit quel qu'en soit le prix. Parce que c'est ce prix qui fait que le jeu fonctionne.

Le problème serait que tu veuilles gagner pour relever le défi et que les autres se couchent parce qu'ils préfèrent voir leur personnage perdre (c'est fréquent) tu serais déçue dans ta tentative de montrer ce dont tu es capable.
J'ai déjà eu des joueurs dont j'ai bien senti qu'ils n'avaient pas du tout cerné la proposition du jeu, du coup, ils jouaient à Psychodrame comme ils joueraient à Tekken et empêchaient les autres, ceux qui étaient sensibles à la proposition du jeu (à savoir s'interroger sur la portée de nos actes) de pouvoir s'amuser. Là où ça pose problème, c'est que ces joueurs tendent à chercher les meilleures options tactiques pour vaincre, quand d'autres cherchent à donner du sens aux actes de leurs PJ. Ça crée des dissensions, forcément...
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Arianne (Mélanie) » 19 Oct 2009, 22:42

Frédéric : J'adhère complètement à tes réflexions sur l'utilité de la résolution des conflits par le biais des cartes. De mon ressenti, cet outil permet d'éviter de tergiverser pendant des heures et permet effectivement de s'obliger à prendre position, à accepter les propos de l'autre, le tout en pouvant mettre son personnage en scène.

En ce qui concerne la déclaration des conflits, j'ai bien ressenti que sans toi il y en aurait sans doute eu moins. Sans être MJ, tu animais le jeu et sans cette animation la partie aurait sans douté été beaucoup moins savoureuse.

En plus de nous inciter à déclencher les conflits, les situations que tu choisissais étaient réellement opportunes, ce qui rejoint les propos de Christoph. En effet, les conflits ne doivent pas être déclarés à tout va et à tout bout de champ, il y des situations qui sont propices au conflit.

Ce qui rend la tâche encore plus complexe, la situation de conflit ne suffit pas, il faut que cette situation de conflit soit propice à ce qu'un conflit soit déclaré.

J'ai beaucoup l'analyse de Christoph concernant l'analyse des conflits, cette analyse peut effectivement aider les joueurs à savoir quand déclarer les conflits. D'ailleurs tes propos sont très juste, effectivement dans Psychodrame, les disputes génèrent des conflits d'intérêts qui dérivent également sur les valeurs de chacun des personnage.

Donc, pour répondre à la question de Frédéric, cela reviendrait il à dire qu'au fond on doit déclarer un conflit lorsque les intérêts mais surtout lorsque les valeurs de son personnage sont touchées ?

Pour ce qui est de l'explication des règles de jeu, il faudrait que je relise le livret, mais de mémoire, avant d'y jouer je n'avais strictement rien compris :

Quand déclarer les conflits ?
A quoi sert la fiche de personnage ?
Les « strokes » c'est quoi ? À quoi ça sert ?

C'est d'autant plus vexant qu'une fois expliqué de vive voix et pratiqué au cours de la partie, ces règles paraissent simples ( sauf pour la déclaration de conflit).
Mais, pourquoi ?
Arianne (Mélanie)
 
Message(s) : 35
Inscription : 01 Juin 2009, 13:32
Localisation : Poitiers

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Frédéric » 19 Oct 2009, 23:10

Super, Mélanie, ce retour m'est d'une grande importance !

mélanie a écrit :Pour ce qui est de l'explication des règles de jeu, il faudrait que je relise le livret, mais de mémoire, avant d'y jouer je n'avais strictement rien compris :

Quand déclarer les conflits ?
A quoi sert la fiche de personnage ?
Les « strokes » c'est quoi ? À quoi ça sert ?


Ça, c'est de l'or en barre. N'hésite pas à soulever chaque point qui t'a posé problème, je ferai à coup sûr un gros travail de réécriture dessus.
Déjà, je pense que contrairement aux JDR sans MJ que j'ai lu jusqu'à maintenant, je vais impliquer dans les explications "l'animateur" de la partie (celui qui a lu le bouquin) pour lui expliquer comment présenter le jeu et ses règles aux joueurs, mais aussi peut-être lui donner un rôle d'encadrant pour inciter les joueurs à lancer des conflits, leur rappeler d'annoncer l'enjeu au début du conflit, leur rappeler qu'ils doivent justifier la répartition des points de retombée etc.

Pour avoir la référence, voici la présentation des conflits dans le texte actuel du jeu :

Dans Psychodrame on a écrit :Pendant la partie, un conflit sert à départager deux personnages en opposition.
Cela vous permet de mettre en œuvre des actions qui peuvent avoir un impact psychologique sur les autres personnages.
Ainsi vous pourrez influencer, calmer, convaincre, consoler, mais aussi énerver, attrister, effrayer...
Lorsqu'un joueur veut déclencher un conflit, il effectue une narration qui constitue un « appât » pour l'autre personnage en piochant une carte du paquet placé au centre du tapis de jeu.
Le joueur visé doit produire une narration en réponse.


Du coup, par rapport à ça :
Mélanie a écrit :cela reviendrait il à dire qu'au fond on doit déclarer un conflit lorsque les intérêts mais surtout lorsque les valeurs de son personnage sont touchées ?

Je pense que c'est une excellente piste ! Je n'y avais pas spécialement pensé en lisant le développement de Christoph. C'est une chose difficile à cerner, car relativement informelle et il faut faire attention à ne pas donner une définition qui étrique les possibilités. Je pense que les "valeurs" du personnage seules ne suffisent pas, mais ça m'éclaire sur le genre de choses qui peuvent aider à comprendre le moment où il est légitime de déclencher un conflit. En fait, le jeu jouant sur l'opposition entre les valeurs des personnages et leurs relations, peut-être que tout bêtement, c'est lorsque l'un des deux est menacé ou entre en ligne de compte que l'on peut déclarer un conflit légitimement.
Il faut creuser, parce que j'ai peur que ça soit encore trop réducteur : on peut presque à tout moment considérer que c'est le cas, et cela aidera-t-il les joueurs à prendre le recul nécessaire pour dire : "ah, là on pourrait lancer un conflit" ?
Si on observe la scène vers la fin de la partie où tous nos personnages ont eu une longue discussion sur ce qu'il fallait faire de l'argent (elle a duré un moment avant qu'on ne lance le conflit). À de nombreuses reprises, les valeurs de nos personnages étaient au centre de la discussion (peut être pas vraiment "touchées", pas vraiment en péril) et pourtant, la discussion se faisait d'elle-même, inutile d'ajouter les cartes. Pas d'oppositions franches, chacun donne son avis et ajoute sa couche d'arguments.
C'est quand on a senti que ça commençait à bloquer : chacun campait sur ses positions, que l'on a déclenché un conflit pour résoudre la scène. Et c'était naturel, la grosse discussion avant le conflit a planté tout ce qu'il fallait pour que le conflit ne soit pas de la simple baston verbale.

Enfin, je suis content que tu adhères aux conflits sociaux accompagnés par un système de résolution, c'est un truc qui n'est pas toujours compris par les joueurs.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Christoph » 19 Oct 2009, 23:33

Je hoche de la tête! Frédéric, il faut écouter Mélanie si tu la comprends mieux que moi!

Bon, je réfléchissais à certaines parties que j'ai jouées. Il m'arrive en fait de faire des conflits "vlan dans ta tronche" sans crier gare, en général des agressions physiques. Ça s'est donné souvent dans Dirty Secrets, ça passe très bien dans Dogs in the Vineyard, In a wicked Age, Polaris et Sorcerer (et sûrement d'autres). Dans ces jeux, il y a toujours moyen de trouver une justification après coup (à moins qu'en tant que MJ j'en aie déjà une). J'ai un sentiment instinctif qui dit que dans Psychodrame ça ne passerait pas aussi facilement (ne serait-ce que parce que la plupart des conflits sont verbaux et à caractère intimiste entre personnages qui se connaissent). Ça peut peut-être donner une piste.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Nathan » 20 Oct 2009, 00:02

Bonsoir tout le monde.

Je m'excuse pour ce qui va suivre, car par manque de temps, j'ai lu ce topic en diagonale. Et je risque donc de répéter des choses déjà dits. Ou de répondre à coté de la plaque...

Pour commencer, j'ai vraiment apprécié cette partie.

Ensuite j'ai effectivement eu un peu de mal avec la gestion des débuts de conflit.
J'ai effectivement trouvé le démarrage "pas très rôle play". Je m'explique :
En une approche un peu rôlistique avec les deux extrêmes.
- MJ sans rôle play : tu veux négocier avec le marchand ? Lance un dé, je te dirais si tu as une remise et de combien !
- MJ full rôle play : tu veux négocier avec le marchand ? Je t'écoute et je juge !
En fait ici nous nous trouvons dans une position intermédiaire à laquelle je n'étais pas habitué : Tu commence en parlant et tu finis avec le dé (les cartes).

Avec le recule et mon coté un peu trop matheux, je dirais en gros :
qu'un conflit commence lors d'une conversation entre 2 ou plusieurs personnages, et que 3 ou 4 arguments (ou phrase, je ne sais pas trop quel terme choisir) viennent s'opposer dans un échange.
Ex :
Paul et Nicole parle du jolie sapin de noël qu'il vient d'acheter
Paul : je verrais bien le sapin dans ce coin de la pièce.
Nicole : mais non on ne le verra pas, il serait mieux ici.
Paul : Tu ne te rend pas, si on le met, ici le chat va le renverser.
A partir de le conflit vient de commencer. On tire la première carte. (Est elle vraiment utile ? pourquoi ne pas enchainer directement ?)

Maintenant pour le système de résolution, je trouve le concepts de combinaison de carte très bien pensé, et très aboutie.

Que dire de plus ?
Impatient de rejouer :D
Nathan
 
Message(s) : 87
Inscription : 30 Juin 2008, 04:38

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Frédéric » 20 Oct 2009, 09:09

Hello Nathan !
Rassure-toi, tu es bien dans le sujet de la discussions. ^^

Concernant le démarrage des conflits, je me souviens qu'à un moment, tu voulais lancer un conflit en posant une carte sans avoir effectué de narration avant.
Je vois que tu as compris que c'était nécessaire pour ne pas que le conflit semble "tombé de nulle part".
Mais le fait de piocher et poser une carte pour signifier que l'on cherche un conflit plutôt que de l'imposer tout bonnement est primordial :
Quand je lance un conflit, j'ai un objectif (énoncé dans l'enjeu). Si la personne en face est d'accord pour me laisser atteindre l'objectif, il n'y a pas de conflit. C'est important de laisser cette marge de manœuvre pour éviter que les conflits mettent en opposition deux personnages artificiellement parce qu'on est obligés d'accepter un conflit.

D'où l'intérêt de ce tirage de carte en introduction.

Nathan a écrit :un conflit commence lors d'une conversation entre 2 ou plusieurs personnages, et que 3 ou 4 arguments (ou phrase, je ne sais pas trop quel terme choisir) viennent s'opposer dans un échange.

C'est intéressant parce que ça se base sur une autre dimension. Bon, dans l'absolu, on peut faire des conflits d'autre chose que de discussions. Bien sûr, tout aura un impact psychologique : si je te frappe, peut-être te sentiras-tu humilié...

Ca me fait un point de réflexion supplémentaire.

Christoph a écrit :J'ai un sentiment instinctif qui dit que dans Psychodrame ça ne passerait pas aussi facilement (ne serait-ce que parce que la plupart des conflits sont verbaux et à caractère intimiste entre personnages qui se connaissent). Ça peut peut-être donner une piste.


Et c'est là que ça devient compliqué : on peut faire un conflit d'aide : un PJ veut en aider un autre qui est réticent :
Cf. le moment où Sarah voulait aller se coucher et où Élise et Éléonore l'ont convaincue de rester. Cela s'est passé sans la moindre once de violence, nous avons discuté, j'essayais de m'esquiver, j'ai menti, j'ai fait croire que je m'endormais, vous essayiez de me réconforter et de me montrer à la fois que mon attitude était stupide etc.

Et je pense que c'est cette subtilité là qui est difficile à intégrer dans l'explication de ce qu'est un conflit.
Si je dis : quand il y a un combat dans la partie... tout le monde comprend.
Maintenant, se dire qu'on formule des "attaques" pour tempérer, aider, fuir etc. c'est un peu étrange pour beaucoup.

Mais je sens qu'on avance, je tiens à vous remercier dès à présent pour votre contribution. ^^
Pour moi, il reste encore quelques choses à clarifier, si vous avez d'autres choses à apporter, n'hésitez pas !
Pour le moment, à part synthétiser en quelques phrases tout le contenu de ce thread, je n'ai pas encore une vision réellement synthétique de comment je pourrai expliquer quand démarrer un conflit. Après, je peux donner des explications et dire : faites comme vous voulez vous verrez à l'expérience ce qui vous correspond, mais il ne faut pas forcer les conflits, mais les laisser venir d'eux-mêmes.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Nathan » 20 Oct 2009, 09:58

Frédéric (Démiurge) a écrit :Bon, dans l'absolu, on peut faire des conflits d'autre chose que de discussions. Bien sûr, tout aura un impact psychologique : si je te frappe, peut-être te sentiras-tu humilié...


Cela me fait me posé une question... Que ce passe-t-il, si d'énervement, je colle mon poing dans la figure du type d'en face ? C'est un conflit au carte aussi ?

Frédéric (Démiurge) a écrit :Et c'est là que ça devient compliqué : on peut faire un conflit d'aide : un PJ veut en aider un autre qui est réticent :
Cf. le moment où Sarah voulait aller se coucher et où Élise et Éléonore l'ont convaincue de rester. Cela s'est passé sans la moindre once de violence, nous avons discuté, j'essayais de m'esquiver, j'ai menti, j'ai fait croire que je m'endormais, vous essayiez de me réconforter et de me montrer à la fois que mon attitude était stupide etc.


On retombe dans la définition que j'ai donnée :
Trois protagonistes (Sarah,Élise et Éléonore) :
Sarah : Je vais me coucher
Elise : Je l'en empêche
1) Elise : Mais non reste
2) Sarah : Non je veux me coucher
3) Éléonore : (je sais pu quoi...)
4) Sarah : Laissez moi ! Je suis trop fatigué. Je m'endors sur place...
Début du conflit carté

Après il y a peut être 2 type de conflit :
- Les conflit verbaux
- Les conflit physique
Nathan
 
Message(s) : 87
Inscription : 30 Juin 2008, 04:38

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Frédéric » 20 Oct 2009, 10:07

Pour te répondre simplement, Nathan, les actions ont la même portée que les paroles :
Un silence
Un coup de poing dans la G.....
Une caresse
Un baiser
Un bras d'honneur
...

Le système ne gère pas les dégâts physiques, on laisse ça à l'appréciation du joueur (genre, si mon PJ a perdu une jambe, c'est la moindre des choses que de ne pas le faire courir).

Chaque action peut produire un impact psychologique, donc, des strokes.
Un coup de poing peut mettre ton personnage en colère, l'humilier, le plonger dans un profond désarroi... Comme une discussion, quoi !
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Nathan » 20 Oct 2009, 10:15

Pour corigé ma tentative de synthese de la regle :

"Un conflit commence lors d'un échange, entre deux personnages ou plus, à partir du moment où 3 ou 4 actions (arguments, gestes, postures, ou atitudes) viennent s'opposer."

Autre tentative :

"Un conflit peut commencer lors d'un échange, entre deux personnages ou plus, à partir du moment où 3 actions (arguments, gestes, postures, ou atitudes) ou plus viennent s'opposer."
Nathan
 
Message(s) : 87
Inscription : 30 Juin 2008, 04:38

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Frédéric » 20 Oct 2009, 10:49

Pas mal, l'idée d'opposition est effectivement centrale. Je pense que deux actions/paroles/attitudes peuvent suffire (puisqu'ensuite on pioche de cartes) :
- Allez, viens avec nous, laisse-le tomber.
- Non, c'est mon mari, je l'aime !
Hop, conflit, l'un des joueurs pioche une carte et la pose devant l'autre...

Ça commence à devenir bien, qu'en pensez-vous ? (Je vais voir s'il est nécessaire d'enrichir cette définition avec les éléments dits plus haut dans le thread).
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Psychodrame] Première partie pour 5 débutants

Message par Nathan » 20 Oct 2009, 11:22

Je suis partie sur le chiffre trois car
En 1er on donne son avis,
En 2nd exprime son opposition,
En 3eme, soit on poursuit le débat en montrant nous aussi son opposition, soit on se couche et on laisse passer.

Si on lance le conflit au bout de deux échanges il et impossible de se coucher.
Nathan
 
Message(s) : 87
Inscription : 30 Juin 2008, 04:38

Suivant

Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invité(s)

cron