Jeux narrativistes, un terme galvaudé

La lutte contre Sens a commencé! Rejoins la Résistance!
Blog | Site | Podcast

Re: Jeux narrativistes, un terme galvaudé

Message par Frédéric » 25 Juin 2012, 14:47

Oui, tu as raison pour l'article, j'ai préféré en mettre un qui parle de chaque point qui me paraissent important. Mais pour la Synesthésie, c'est par ici.

Pour "l'échec" de la théorie, je pense que le GNS est intrinsèquement une théorie portant sur un domaine peu disposé à la vulgarisation.
(...) Il est à noter que les langues anciennes ne disposent d'aucun terme pour désigner une association de personnes en nombre restreint, poursuivant des buts communs. Les hommes pensent volontiers selon l'opposition individu-société ; ils ne pensent pas naturellement en termes de groupe, alors que leur vie et leurs activités se déroulent le plus souvent au sein d'agglomérats restreints.
(...) Une enquête de l'Association française pour l'Accroissement de la Productivité (1961), sur les représentations collectives du groupe nous met sur la voie : "La notion de groupe est inexistante pour la plupart des sujets. Le groupe est éphémère, dominé par le hasard. Seules existent les relations interindividuelles." Les relations psychologiques spontanées entre personnes, qui s'instaurent dans le cadre de la vie professionnelle et sociale, sont vécues par les intéressés comme résultant essentiellement du caractère, bon ou mauvais, des individus. Les phénomènes de groupe sont méconnus dans ce qu'ils ont de spécifique : tout se ramène à des questions de personne. Les relations interindividuelles sont de plus perçues d'une manière statique. La solution, généralement envisagée, aux problèmes qui surgissent dans ces relations est qu'il faudrait que les autres se modifient. Il n'est guère question de se transformer soi-même, ni d'analyser la situation totale dont les protagonistes font partie, ni d'agir sur les variables de cette situation. La crainte de repenser sa propre situation dans un nouveau cadre de référence, et d'être ainsi mis en question, constitue un des aspects de la résistance épistémologique à la notion de groupe.
(...) le groupe est une aliénation pour la personnalité individuelle : il est dangereux pour la dignité, la liberté, l'autonomie de celle-ci ;

D. Anzieu, J.-y. Martin - La dynamique des groupes restreints, PUF p. 18 - 20

Le GNS se situe pleinement dans ce biais car il s'agit d'une théorie de dynamique groupale.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: Jeux narrativistes, un terme galvaudé

Message par Christoph » 27 Juin 2012, 09:34

Hello Fréd'

J'ai essayé de retourner ton message dans tous les sens que je pouvais, mais je n'arrive pas à en faire sens. Quel est ton propos et où veux-tu en venir ? J'ai l'impression que Anzieu et Martin parlent de tout autre chose que ce dont parle le GNS.

Puisque tu intègres des scientifiques dans la discussion, j'aimerais aussi préciser que Ron n'a jamais prétendu faire du scientifique, et qu'il a « déclassé » ses conceptions de théorie à modèle, voire glossaire provisoire (si on regarde les titres de ses articles/concepts au cours du temps). Souvent, quand nous parlons ici de théorie, nous devrions plutôt parler d'outils.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: Jeux narrativistes, un terme galvaudé

Message par Frédéric » 29 Juin 2012, 13:07

La démarche créative est un phénomène de groupe, car plusieurs personnes cherchent à atteindre un but commun en pratiquant une activité (sans dire que c'est une théorie scientifique, ça suffit pour le rapporter à ma citation).

Une démarche créative parle de la manière dont plusieurs personnes s'harmonisent pour créer quelque chose que l'on ne peut pas obtenir seul par la dynamique de "Création -> Approbation".
La plupart des lecteurs de cet outil le galvauderont en faisant de lui une étiquette pour des joueurs ou pour des techniques. Les joueurs et le MJ ne verront pas un défaut de game design ou de contrat social qui induit un dysfonctionnement dans la partie, ils diront que le MJ ou un joueur n'était pas assez "bon" et que le problème était de sa responsabilité. Donc plutôt que de voir en quoi la manière de jouer crée des dissensions dans l'activité de groupe, les participants vont rejeter le problème sur un bouc émissaire.

Tu vois mieux le parallèle ?
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Précédent

Retour vers Sens Hexalogie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron