[Dirty Secrets] Une première partie mi figue mi raisin

Cette rubrique sert à parler de vos parties ! C'est la rubrique maîtresse, que ce soit pour chercher des principes fondamentaux du jeu de rôle, demander de l'aide sur un jeu, discuter de notre culture ou pour partager vos coups de cœur.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Dirty Secrets] Une première partie mi figue mi raisin

Message par Chemeeze (Adrien) » 04 Jan 2013, 18:57

Samedi 22 décembre au soir nous avons essayé Dirty Secret avec Soulclone (Laurent), Natacha et moi même.

Nous avons suivi les recommandations du livret et fait une partie de type "Nouvelle" (prévue pour 4-6h de jeu, +1 car débutants) tout en se disant que l'on s'arrêterait à heure raisonnable.

Quelques remarques sur le livret :
Lire ce livret est une véritable souffrance intellectuelle (bon, j'exagère un peu). La mise en page à multi-colonnes sur un livret type A5 rend 4 à 6 mots par lignes ce qui est très pénible à lire. Dans les colonnes latérales se mêlent exemples et citations, mais ils s'intègrent mal pendant la lecture. Je ne sais pas trop pourquoi, mais une fois le corps du texte lu, on farfouille pour trouver l'exemple approprié.

D'autre part la structure du livre est étrange. Le livret débute abruptement par les règles du jeu (scènes jouables, rôles, systèmes de résolution) puis explique comment jouer dans la deuxième partie. A la lecture, on se retrouve à devoir réfléchir au système alors qu'on ne comprend pas tout à fait pourquoi et où ça mène.

Enfin, et ça c'est le point le plus dommageable, les règles sont vraiment très peu claires. Il faut lire plusieurs fois, et encore tout ne rentre pas. Par exemple, malgré une lecture attentive, une relecture à plusieurs, une discussion, on n'a pas réussi à comprendre le fonctionnement et l'intérêt de la règle "Erreur d'identité". Laurent avait aussi lu il y a qques temps le livre et s'était frotté aux mêmes problèmes de compréhension.

Je vais tout de suite dire que malgré ces points très négatifs, nous avons beaucoup aimé la fiction créée et quasi tout le fonctionnement du jeu (à part quelques scènes particulières sur lesquelles je reviendrai).

Passons à la partie :
La fiction se passe à Lyon (car nous y jouions) dans la semaine qui précède. Laurent s'est chargé d'incarner l'enquêteur.

La création des premiers personnages par une méthode s'approchant du cadavre exquis est très intéressante. C'est un point qui nous a de suite accrochés. Chaque joueur remplit un élément définissant un personnage puis fait passer à son voisin.

Nous avons fait ici une légère modification pour tenir compte du fait que l'on joue en Europe. Les origines ethniques des gens ne sont pas fichées, mais dans la tête des gens ce fichage peut exister. Cependant il diffère de celui des Etats-Unis. Au lieu de "Blanc, Noir, Asiatique, Latin, Moyen Orient, Amérindiens, Océanie", nous avons établi la liste "Blanc, Méditerranéen, Maghrébin, Asiatique, Noir, Indien, Slave.". Cette liste n'a aucune valeur en soit, mais les mots Latinos et Amérindiens à Lyon ...

Nos trois premiers personnages étaient :
- Jérémy Belpois, Enquêteur, 41 ans, M, Blanc, Classe Moyenne, Détective privé
- Mina Gauthier, Suspecte, 30 ans, F, Noire, Riche, Citoyen
- Mari-Carmen Maruell, Victime, 49 ans, F, Méditerranéenne, Pauvre

Le crime tiré était un meurtre.

Il nous fallut alors construire la base de notre histoire, définir qui est l'enquêteur, pourquoi il enquête, qui sont les personnages en vrai etc.

La première étape nous donne le lien de l'enquêteur avec l'affaire. On tire "nouveau personnage". L'Enquêteur le crée :
- Jean-Pierre Dulac, Lien, 21 ans, M, Blanc, Pauvre, Citoyen

Personnellement ça m'a rassuré de tirer un nouveau personnage car avec l'un des 3 premiers morts dès le début j'avais peur que l'on manque d'ouvertures pour la fiction.

Il n'empêche qu'ensuite, créer la base de l'histoire n'est pas facile. On a longtemps hésité à propos de la victime, si elle s'était faite tuer ou si un proche à elle s'était fait tuer. On avait un doute quant à la seconde possibilité. On a donc choisi qu'elle meure.
Le livret guide un peu sur cette phase, mais ce n'est pas évident. C'est une chose à apprendre (ou alors que le livret ne présente pas très bien). A présent je me sentirai plus à l'aise pour jouer cela ou animer cette phase.

On pose donc que JP (Jean-Pierre) est le neveu de Jérémy. Jérémy était l'amant de Mari-Carmen (oui, différence d'âge de 28 ans. Cette différence a été à la base de ce choix, pour faire plus "dirty"). D'autre part, Mina est l'ex de JP, ce qui justifie son état de Suspecte. On localise les lieux de résidence de certains personnages, puis on passe à la partie.

Introduction : JP vient chez Jérémy pour lui demander de l'aide. Il lui montre un fait divers et explique que la conclusion de la police est sans doute fausse : ce n'est pas un suicide. Puis il explique pourquoi il voudrait que son oncle l'aide : c'est son amante, et il ne peut pas l'annoncer à la police car il souhaite que cette relation reste secrète.

Première scène : Laurent déclare une scène d'enquête dont l'objectif est d'aller au poste de police se renseigner sur le suicide supposé (il y a des anciens collègues). J'étais Autorité durant cette phase, j'ai choisi d'aussitôt user de mon privilège et de lui nier son droit de scène pour imposer une scène d'enquête où Jérémy va se poster devant chez Mina pour la suivre et en savoir plus sur elle. Par ce biais je pensais à une possibilité de Conflit : "Mina se rend compte qu'elle est suivie".
D'ailleurs cela se confirme, et je remporte le conflit.

On s'est retrouvé face à une première bizarrerie : j'avais, sans trop réfléchi, choisi la valeur de mon dé de Violence sur la valeur de dé que j'ai utilisé pour enchérir. J'ai rapidement révélé ces dés. A la fin du conflit j'aurais du infliger une violence de niveau 2 (car le dé de violence commun était sur la même valeur). Cependant dans la fiction, savoir si l'enquêteur arrivait à suivre ou non Mina impliquait difficilement de la violence. Même si j'avais choisi le dé de violence plus intelligemment, le niveau de violence aurait été de 1 au minimum. Ce qui peut parfois mal s'accorder à la fiction.

Le niveau de violence intervient lors de la narration de la fin du conflit par le vainqueur. Ainsi vu que le niveau de violence gênait, Laurent a décidé de forcer le conflit. Qu'il perdit à nouveau.

Je ne vais pas m'appesantir sur le gros de la partie qui s'est bien déroulé. Avec son lot de nouveaux personnages introduits, de conflits, de révélations de liens entre personnages etc.

Plus tard pendant la partie on s'est retrouvé face à un autre malaise : on ne savait pas comment introduire un nouveau crime. Les règles aident très peu à cet effet. Pour ma part je voulais à tous prix en introduire un nouveau pour que nous, joueurs, ayons un minimum de contrôle sur qui a fait quoi. La règle stipule que les joueurs peuvent transformer un "délit" en "crime". Le problème est que les idées de délit constatés nous viennent surtout des conflits. A un moment dans la fiction, un personnage nouveau venu cambriole le bureau de Mina alors que l'enquêteur vient lui aussi fouiller ses affaires. L'enquêteur constate un délit mais on ne peut pas le transformer en crime car on connait déjà le coupable.

J'ai l'impression qu'il manque ici un type de scène jouable, où l'enquêteur tomberait sur un crime. Comme pour les scènes de révélations (qui créent entre les personnages des liens jusqu'alors inconnus) où les liens sont créés avec une grande part de hasard, on pourrait imaginer un processus similaire pour choisir la victime et la nature du crime.

Ce souci durant la partie a conduit au dernier problème majeur : lorsque le jeton témoin s'est retrouvé pour la première fois dans l'impossibilité de se déplacer une résolution de crime devait avoir lieux. Celle-ci indique que le personnage victime (Jean-Paul) est le coupable. Clairement la fiction allait virer en scénario de Lost où on part dans tous les sens sans chercher à être cohérent. JP était venu voir l'enquêteur pour qu'il enquête sur la mort de son amante... Il n'avait aucune raison sensé de l'avoir tuée. On se voyait tous bien en peine de lui faire porter le chapeau sans une raison vraiment tirée par les cheveux. Si il y avait eu un second crime, on aurait pu le lui attribuer. Mais avec les soucis pour intégrer des crimes...

On s'est arrêté à ce moment là. Avec un peu moins de la moitié de la grille remplie.

En conclusion je pense que Dirty Secret est un jeu qui a été écrit et relu par des gens qui connaissaient bien le jeu. Il y a pas mal de points obscurs que seuls la pratique permet d’appréhender. Malgré cela la partie a été très plaisante. On aurait bien continué, mais la contrainte du dernier métro a sonné le glas.

Une dernière remarque :
Le système de résolution par enchères cachées, bluff etc. colle très bien avec le thème du jeu. L'apprentissage est difficile (à cause d'un manque de clarté des règles), mais rapide un fois mis en pratique. A chaque enchère, les joueurs sont sensés faire correspondre une surenchère des moyens pour gagner le conflit dans la fiction. En théorie... parce que durant notre partie, quand on passait à la phase résolution, on était absorbé par le jeu d'enchères et on mettait de côté la fiction jusqu'à la fin où on tentait alors de refaire dans la fiction ce qu'on aurait du faire au moment d'enchérir. Sur ce point je pense que c'est une mauvaise application des règles au début (ou pas assez strictement) qui a donné la mauvaise habitude.
Chemeeze (Adrien)
 
Message(s) : 388
Inscription : 26 Mars 2010, 17:32
Localisation : Lyon

Re: [Dirty Secrets] Une première partie mi figue mi raisin

Message par Christoph » 11 Jan 2013, 21:40

Salut Adrien, merci pour ce rapport !

Cette partie est un peu de ma « faute », je suis donc désolé qu'il y ait eu autant d'obstacles techniques ; c'est vrai que c'est un jeu complexe. Si ça peut te rassurer, je n'ai jamais utilisé l'erreur d'identité en partie, et même l'auteur n'avait (fin 2010 en tout cas, d'après un échange d'e-mails) jamais utilisé ni l'alias, ni l'erreur d'identité, mais trouvait que leur présence était nécessaire pour compléter les possibilités techniques du jeu et refléter la littérature source. Je suis soulagé de lire que vous avez beaucoup aimé les événements que vous avez été amenés à jouer. Voyons les choses du bon côté, la prochaine partie ne peut être que meilleure au niveau de la manipulation des règles...
Conseillerais-tu aux gens de commencer par lire la deuxième partie, s'ils n'ont jamais joué ou lu de rapport de partie ?

Vous avez très bien fait de revoir la listes des groupes ethniques. Cette liste n'a aucune prétention scientifique, c'est une collection de sens communs et de préjugés, donc ça vaudrait presque la peine d'en faire une pour chaque ville, voire chaque table.

Serais-tu d'accord de nous faire un résumé de l'investigation ? (Ou quelqu'un d'autre qui a participé à la partie.) À part la première scène, on n'a presque rien sur la suite.

Quand tu rapportes des points qui ont coincé, est-ce que tu cherches à savoir comment éviter cela une prochaine fois ? Je ne voudrais pas ramener ma science si en fait c'est bon pour toi, mais je brûle de te donner quelques conseils et astuces pour mieux jouer à ce jeu. Concernant le deuxième crime, en savoir plus sur la fiction serait très utile.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse


Retour vers Parties

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité

cron