Dilemme en mode simulationniste

Cette rubrique sert à parler de vos parties ! C'est la rubrique maîtresse, que ce soit pour chercher des principes fondamentaux du jeu de rôle, demander de l'aide sur un jeu, discuter de notre culture ou pour partager vos coups de cœur.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

Message par Frédéric » 22 Jan 2009, 19:57

Ah, c'est extraordinaire de se prendre des arguments basés sur ses propres jeux !

Et bien oui, je suis entièrement d'accord. L'aspect méta-jeu que je décrivais est complètement imbriqué dans la fiction. Et c'est ça qui est vraiment important après tout.

Le "jugement moral des joueurs" n'est qu'un mécanisme souvent inconscient qui ne fonctionne que par et pour la fiction, tout comme le fait de "relever des défis".

La particularité du simulationnisme est qu'un joueur peut (je dis bien "peut") se contenter de faire des choix "selon ce qui est le plus cohérent avec la fiction".
Autrement dit, je suis un nain, je choisis de refuser l'aide des elfes. Mais est-ce encore vraiment un choix ? Ou une soumission au canon ?

C'est une question importante, car j'ai eu vent de parties de L5A, par exemple où pour le MJ et les joueurs, ce qui était proscrit par le code des samouraïs n'était tout simplement pas envisageable en tant que choix par les joueurs. Alors qu'à d'autres tables, c'est justement la prise de risque qui justifiait le fait de transgresser ce code.
Pour ma part, je n'apprécie vraiment pas les jeux où les choix sont codifiés à l'avance et où les joueurs et MJ n'acceptent tout simplement pas que l'on fasse autre chose que ce que dit le bouquin.

On avait eu une discussion sur une situation de ce type avec Romaric : Qin sait le mieux ce que je dois penser ?
Romaric juge que l'empereur est un enfoiré et ne veut pas le servir, le MJ lui dit que son personnage ne peut penser comme cela...
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par Antoine » 22 Jan 2009, 23:19

Frédéric (Démiurge) a écrit :Ah, c'est extraordinaire de se prendre des arguments basés sur ses propres jeux !


Je suis machiavélique :evil: mais c'est de ta faute : tu aurais écrit des clones de Donj, je ne me serais posé aucune question ! ;)



La particularité du simulationnisme est qu'un joueur peut (je dis bien "peut") se contenter de faire des choix "selon ce qui est le plus cohérent avec la fiction".


Je pense que c'est vrai pour n'importe quelle démarche si on oublie la créativité et l'interactivité propres au jdr: le narrativisme peut t'emmener vers le conte immersif, le ludisme vers le jeu de stratégie, et le simulationnisme vers... le jeu de l'oie (souvent en plus compliqué).

On avait eu une discussion il y a un certain temps qui a explosé en considérations philosophiques sur la liberté. L'idée (de base) était que si trop de contraintes tuent la liberté, la liberté ne peut s'exprimer sans une certaine dose de contraintes. On est en plein dans cette problématique.

On peut imaginer un jeu ou le "code des samouraïs" serait comme la gravité : une loi implacable. Pourquoi pas, mais il ne faut pas non plus oublier que l'espace de liberté des joueurs est justement dans les choix, et pas dans dans les déplacements géographiques (courir autour de la table, c'est pas passionnant). C'est alors au jeu de proposer des situations intéressantes, en utilisant ces contraintes (et en prévenant les joueurs !).

Personnellement, j'aime bien mettre des codes (qu'il soient moraux, narratifs...) dans un JdR, mais c'est pour jouer avec, donc laisser au joueur l'opportunité de les dépasser :
Dans Vigilantes! (le jeu des héros masqués), les joueurs sont récompensés lorsqu'ils créent des Clichés ("Damned Doktor Fataliste, je vous croyais mort !!!") digne des pires Pulps. Mais l'univers de jeu "murit" (=devient plus réaliste) au fur et à mesure des parties et les points de Clichés gagnés reviennent sous la forme de péripéties qui complique la vie au joueur ("Pas de cabine téléphonique pour me changer !?!").

Antoine, libre dans sa tête.
____________________
Imaginez.net : Imaginaire, Contes et Culture populaire
http://www.imaginez.net
Antoine
 
Message(s) : 35
Inscription : 06 Fév 2007, 18:55
Localisation : Région parisienne

Message par Frédéric » 23 Jan 2009, 00:05

Antoine a écrit :
Frédéric (démiurge) a écrit :La particularité du simulationnisme est qu'un joueur peut (je dis bien "peut") se contenter de faire des choix "selon ce qui est le plus cohérent avec la fiction".



Je pense que c'est vrai pour n'importe quelle démarche (...)


Oui, tu as parfaitement raison, pour ajuster ma phrase, je voulais dire que dans une partie simulationniste, cela pouvait constituer la source de plaisir principale des participants.

Et comme dans ton développement suivant, je pense que le plus intéressant est de "jouer" avec les éléments en place (c'est le principe de "l'élasticité" du canon (cf ce thread, la première intervention de Christoph).
Ce qui me procure le plus grand plaisir en JDR, c'est d'"éprouver" la fiction, c'est ce "jeu" là qui donne tout son sens à ma pratique et qui lui donne de l'intensité. (Il faudra que j'ouvre un fil là-dessus un de ces jours... et sur la "latéralité" aussi...) ^^
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Précédent

Retour vers Parties

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron